Volailler : Le groupe Doux n'est « pas à vendre »

SC

Le groupe Doux a affirmé mercredi qu'il n'était « pas à vendre ». Réagissant à un article du quotidien économique Les Echos indiquant que la banque d'affaires Lazard cherchait des repreneurs pour le premier volailler européen.

Citant des « sources proches du dossier », Les Echos indiquaient que « la banque d'affaires Lazard cherche des repreneurs » pour le groupe familial, dont le propriétaire à 80%, Charles Doux,« est âgé de 70 ans et n'a pas de véritable relève familiale.

Le Groupe Doux a réagi en affirmant que »le contrôle du groupe n'était pas en jeu et que sa majorité n'était pas à vendre« , regrettant que »de telles informations totalement infondées soient relayées dans le domaine public« .

Le groupe Doux, numéro un européen de la volaille basé dans le Finistère, a réalisé en 2006 un chiffre d'affaires de près de 1,3 milliard d'euros et emploie 14.500 salariés à travers le monde.

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires