VOYAGE EN EXPOSITION : L'Homme observe la Terre depuis la nuit des temps

Benedice Boissier

VOYAGE EN EXPOSITION : L'Homme observe la Terre depuis la nuit des temps

Voyager dans le temps et l'espace à la découverte de notre planète, tout en restant au coeur du Massif Central, c'est possible. Il suffit de visiter l'exposition « Mille et Une Terres » à Clermont-Ferrand. (Lilian Gerbier et Véronique Fleschmann, médiateurs scientifiques, devant la photo du cadastre de Bédolina (3000 ans) dessiné dans la roche, l'une des plus anciennes cartes connues.

Vue d'en bas, vue d'en haut

L'équipe de la Maison de l'Innovation, service du conseil général du Puy-de-Dôme, a préparé pour tout public, un voyage de découverte via la cartographie, de la planète Terre et de ses « environs. »
Périple qui débute au ras du sol vers les moins 11 000 ans avant J-C, pour finir de nos jours dans les étoiles.
En quatre étapes, le visiteur découvre à quel point l'Homme a su se délivrer de ses peurs pour conquérir les continents et les océans, pour penser aujourd'hui à se rendre sur la planète Mars, après avoir mis le pied sur la Lune.
Faut-il être un scientifique pour apprécier cette exposition riche de maquettes originales, de peintures, d'objets porteurs d'Histoire ? Non, il suffit de vouloir accompagner ces explorateurs et ces savants, qui, depuis la nuit des temps, ont contribué à la découverte de la Terre et des espaces qui l'entourent.

Avant notre ère, un mathématicien affirmait déjà : la Terre est ronde

Avant notre ère, un mathématicien affirmait déjà : la Terre est ronde

Les terres imaginaires

« Des terres fantasmées aux premières conceptions du monde habité de l'Antiquité, l'homme n'a de cesse d'apprivoiser par la cartographie, l'espace inconnu qui l'entoure, » arguent les organisateurs de l'exposition.
Le visiteur débute le voyage avec les Égyptiens des Pyramides, les Grecs de l'Antiquité « qui ont beaucoup travaillé sur le sujet, » expliquent Lilian Gerbier et Véronique Fleschmann, médiateurs scientifiques, en charge de la visite guidée. « Déjà Pythagore affirmait : la Terre est ronde. » Curieusement ce mathématicien réputé (ah son théorème !), a justifié son propos en expliquant : comme seule la forme sphérique est parfaite, la Terre ne peut être que ronde. « Mais il a aussi observé le croissant de lune, ainsi que les bateaux qui en quittant le port, s'enfoncent à l'horizon. Ce qui lui a permis d'appuyer ses dires » ajoutent en souriant les guides. Ils vous révèleront pourquoi ces observations prouvent la rondeur de notre planète.

Du paradis perdu aux terres promises

La deuxième étape conduit à regarder « les cartes religieuses et symboliques des Chrétiens et Musulmans, la géographie arabe et chinoise des voyageurs et des savants, les mappemondes et portulans (1) des navigateurs et des commerçants. »
On apprend ou réapprend que les savants du Moyen Âge sont des religieux, que les géographes arabes ont joué un rôle important. « Ils voyagent beaucoup, rencontrent des peuples auxquels ils empruntent leurs découvertes, comme la boussole aux Chinois. »
Les explorateurs abandonnent le cabotage le long des côtes pour s'élancer vers le grand large. Les Portugais ont été les premiers… Lilian ou Véronique vous diront pourquoi.
(1)Livres qui contenaient la description de chaque port de mer, du fond qui s'y trouve, de ses marées, de la manière d'y entrer et d'en sortir, de ses inconvénients et de ses avantages.

L'homme se « détache » de la Terre, part à la conquête de l'espace

L'homme se « détache » de la Terre, part à la conquête de l'espace

 

Regard sur le monde

Peu à peu la cartographie se construit à plus grande échelle. Elle sert au plus grand nombre, dont… les agriculteurs dans leur métier (lire ci-après « Le langage des cartes »).
Aujourd'hui on observe la planète depuis l'espace.
« Regarder la Terre de haut c'est la regarder autrement. » Cécile Nore chargée de la communication de la Maison de l'Innovation, explique pourquoi les organisateurs ont conçu la « station spatiale », dernière étape de l'exposition. « Pour montrer que l'homme prend de la distance avec la terre, sa perception change. »
Le saviez-vous ? Un satellite ne prend pas de photos. Il envoie des … Réponse en visitant « Mille et Une Terres ».

De la carte au GPS , un beau et grand chemin parcouru

De la carte au GPS , un beau et grand chemin parcouru

 

Le langage des cartes

De la carte gravée dans une grotte, on arrive aux parcelles vues du ciel
« La découverte du Nouveau Monde, la conquête des mers puis du ciel, allié à l'essor fulgurant des arts, des techniques et des sciences, révolutionne la cartographie. »
La troisième étape de l'exposition montre qu'on mesure la terre avec davantage d'exactitude et de précision. L'humanité veut mieux calculer la longitude : horlogers et astronomes se disputeront la découverte de cette technique.
« Mesurer la terre c'est aussi la parcelliser. On fait des cadastres, on montre qui cultive quoi et où pour… les impôts. Mais pendant longtemps aucune mesure n'est homogène. C'est pourquoi en 1790 on adopte le mètre comme mesure universelle. » Puis arrivent entre autres, la carte de triangulation de la France, « qui manque souvent de rigueur sur certaines zones », les cartes d'état-major « voulues par Napoléon »…
La cartographie progresse rapidement, « car la carte simplifie les informations. »
Aujourd'hui un agriculteur peut gérer ses parcelles à partir d'un ordinateur, utiliser un GPS grâce aux découvertes de cette science.
Savez-vous de quand date la première carte Michelin ? Réponse en regardant dans la vitrine où elle est exposée.

Pièces jointes

Source Chambre d'Agriculture du Puy-de-Dôme

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier