Xavier Beulin chahuté par des éleveurs désespérés

Xavier Beulin chahuté par des éleveurs désespérés
Photos Pleinchamp

Xavier Beulin a annoncé les nouvelles aides aux milliers d'agriculteurs venus avec plus de 1.500 tracteurs à Paris pour exprimer leur désarroi face à la chute constante de leurs revenus, sans tout à fait réussir à convaincre.

foule

Devant un parterre d’agriculteurs et d’agricultrice très remontés,  Xavier Beulin a estimé que le gouvernement avait "entendu" le message des agriculteurs. Mais ses annonces, depuis le podium installé place de la Nation, a suscité les huées de quelques manifestants, surtout des plus jeunes agriculteurs, très remontés et déçus.

A la fin de son discours, les cornes de brume ont retenti pour couvrir sa voix, les pétards et les noms d'oiseaux aussi : "Vendu!", "Démission!", "On va mettre le feu!", ont réagi certains d'entre eux, surtout bretons. "On n'a rien obtenu, pas de prix, aucune garantie", s'est énervé Christophe Le Tyrant, éleveur de porcs dans les Côtes-d'Armor. "On a une ‘année blanche’, mais ça ne résout rien. A la fin de l'année, on devra bien les payer, les traites."

« On nous avait promis que tout allait changer, que c’était un tournant pour l’agriculture. Résultat rien ne se passe » a crié un éleveur breton en colère. Avant de rajouter : « Si on rentre direct, on démonte les lignes de chemin de fer en rentrant ! ".

dimitri

A la tribune, des membres des Jeunes Agriculteurs (JA) du Finistère sont montés de force  pour prendre la parole : "Laissez-nous passer, on est des agriculteurs, pas des casseurs, les Parisiens sont avec nous", s'est égosilé Dimitri, jeune éleveur finistérien privé de micro, qui a bondi sur l'estrade, avant que le micro ne soit coupé, tandis que retentissaient musique et pétards.

"Cinq jours pour rien"

"Regardez, j'en pleure. Mais il faut rentrer maintenant." Sur le toit d'un camion rouge, place de la Nation, le responsable des Jeunes Agriculteurs du Finistère tente de calmer les troupes échauffées. "Cinq jours pour rien", lâche un jeune éleveur déçu. Ce sont eux qui viennent de plus loin, "de la pointe de l'Europe" comme leur dit joliment leur leader, Sébastien Louzaouen. Et les annonces du Premier ministre n'ont pas calmé la colère paysanne.

La bière sur la fatigue -"on a dormi 3 heures en deux jours et demi" - et des poings sont sortis, des bouteilles de bière ont fendu l'air, des jeunes ont mis le feu à un caddie devant la statue représentant le Triomphe de la République.

feu

"Il faut rentrer et examiner calmement ce qui a été dit"

Les aînés tentent de calmer les plus jeunes : "On sait que les mesures annoncées ne sont pas satisfaisantes et les mecs désespérés", soupire Guillaume Gauthier, représentant des JA de Saône-et-Loire. "Mais il y a du mieux. Ils voulaient des garanties sur les prix? Sauf qu'on est dans un marché européen, et même mondial", raisonne-t-il. "Il faut rentrer et examiner calmement ce qui a été dit."

Stoïque, Xavier Beulin a laissé passer les insultes: "Je suis un salaud pour les industriels parce que j'exige trop, un salaud pour les éleveurs qui trouvent que ce n'est pas assez." "Il y avait des attentes sur les prix parce que certains sont dans des situations dramatiques", reconnaît-il. "Mais je suis pragmatique: ça fait deux mois qu'on se bat. 

beulin stoîque

Là, le Premier ministre s'est engagé personnellement", en matière de trésorerie notamment et sur une "pause" concernant les normes et règlements jusqu'en février.

Voir aussi :

 

Source SC avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 25

Tromy

Effectivement, c'est bien compliqué, mais je ne comprends pas qu'attendre d'une telle manif. Si vous voulez des prix, il faut commencez par limiter les volumes. A la fnsea et chambres d'agriculture , c'est toujours +++, donc surproduction et donc baisse de prix et baise pour le producteur.
Les Volumes ++, c'est bon pour les industriels mais Pas pour nous, éleveurs.
D'autre part, je ne comprends pas les JA qui investissent de trop et qui vont pleurer aprés.
Avant de s'installer, il faut voyager et voir d'autres systèmes parfois proches de chez soi pour bien reflechir.
Sur notre petite ferme avec des vaches laitières , tout va Bien et la Vie est Belle.

dob

objectif atteint : garantir toujours plus de matière première à bas prix pour l'industrie agro alimentaire.

kino

je pratique l agriculture des annees 80 petite structure serein et heureux et 50/100 du chiffre d affaires en remuneration nette alors adieu FDSEA

geo

Un point m'interpelle. On annonce des millions par ici, des milliards par là mais je vois qu'ils seront à 75% (à peu près) affectés à la "compétitivité" (= investissements, mise aux normes, suramortissement 140%...). Bref, tout sera mis sur des dispositifs qui, me semble t'il, auront beaucoup de mal à être mis en oeuvre sur des exploitations en difficulté.
La FNSEA continue, comme depuis 30 ans, de négocier des plans destinés à écrémer la ferme France pour ne garder que de grosses structures vivant de subventions qui ne sont en rien compétitives.
Chers agriculteurs, ne soyez plus dupes. Vous mobilisez énormément de votre temps pour défendre une cause perdue d'avance tant que vous écouterez les professions du grand maitre Beulin. Je serai à votre place, je n'irai pas manifester au simple motif que je ne défend pas du tout la même agriculture que celle que défend votre syndicat.

barinne

moi je n'est jamais cotiser et a aucun syndicat tous bonnet blanc blanc bonnet ils nous ont jamais defendu un exemple chez nous le prefet est venu visiter une exploitation apes la secherresse interdit a ce qui etais inviter de parlais des rats taupiers qui pour le moment font plus de dégâts que la secherresse mais le faussoyeur du pays lui a demander pour les problemes de succession des grosses exploitations ça c'est plus important mais lorsqu'il achete il ne se souci guerre des voisins qui sont en train de faire leur arrangement de familles alors cotiser vous serait considerer

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires