Xavier Beulin : « L’agroécologie oui, mais pas sans innovation, sans recherche »

S C

Xavier Beulin : « L’agroécologie oui, mais pas sans innovation, sans recherche »
« On ne sortira pas ce pays de l’ornière par les taxes mais par les réformes ! » (SC).

A l’occasion d’une conférence de presse commune, Xavier Beulin, président de la Fnsea et Philippe Mangin, président de Coop de France, ont critiqué ouvertement la Loi d’avenir de l’agriculture programmée par le gouvernement et présentée aujourd’hui en Conseil des ministres.

"Je n'ai pas vu la mouture finale qui est sortie du Conseil d’Etat, mais il semblerait qu'elle ait été profondément remaniée ", s'est inquiété Xavier Beulin, lors d'une conférence de presse. Le président de la Fnsea craint notamment qu’elle affaiblisse le rôle des interprofessions françaises. Autre motif d’insatisfaction : l’absence de mesures fortes sur la modernisation et l’investissement dans le secteur agricole. « L’agroécologie oui, mais sans innovation, sans recherche, je demande à voir ! », a-t-il déclaré, avant de conclure par : « On ne sortira pas ce pays de l’ornière par les taxes mais par les réformes ! ».

De son côté, Philippe Mangin, encore plus véhément,  a fustigé la création des groupements d’intérêt économique et environnemental (GIEE), prévus par la loi d’avenir,  estimant que ce n’est  pas «en incitant les agriculteurs à se regrouper dans des GIEE, que l’on relèvera  les défis de l’agriculture de demain ». Il estime que cette loi ne fait que «réinventer l’agriculture d’entre-deux guerres » ». !

Sur le même sujet

Commentaires 8

SDSC5457

Il me semble que les coopérative sont déjà des regroupements d'agriculteurs et que cela n'a rien d'anté-déluviens et que l'année dernière c'était l'année de la coopération. On en vantait tout les bienfaits. Alors le regroupements d'agriculteurs pour mieux se prendre en charge sur le plan agronomique et économique cela n'a rien de choquant. L'exploitant se doit d'être autonome, de connaître ses coût de les maîtriser. C'est certes des questions terre à terre, mais c'est la base, un représentant ayant la double casquette Coop de France et fdsea clamait que le plus important dans les filières cétait le volume. Et la Marge? Ce que l'on gagne, c'est accessoire? Après il ne faut pas s'étonner, que beaucoup d'exploitants cherchent des alternatives pour gagner leur vie en adoptant des techniques alternatives, en développant des circuits courts( transformation, vente à la ferme) ou encore en s'intéressant aux négoces et cours des céréales. Il ne faut pas s'étonner que certains quittent la coopération car il ne sentent plus soutenus ni écoutés. Les coopératives n'on rien à craindre des GIEE, il faut juste qu'elles s'adaptent, qu'elleS évoluent et se diversifient et DÉFENDENT les intérêts de leurs sociétaires. Une coopérative ne doit pas uniquement se résumer à un groupement d'achat et de prestation de services standard, cela doit être générateur de valeur ajoutée. Et cela n'est pas en jouant uniquement sur la taille que l'on y arrivera.

narthex

@sdsc5457: entièrement d'accord....moins on s’appuie sur la chimie et plus cela deviens technique et complexe....c'est peut être cela qui en effraie certains.....

SDSC5457

L'agro-ecologie est certes un terme qui peut faire peur, notamment quand on pense aux diverses règlementations, taxe et tout le tralala qui va avec. mais ce n'est pas ça, le terme exact c'est agriculture de conservation. Il ya a déjà des groupes qui fonctionnent en france dans ce domaine mais aussi en europe et même dans le monde. Les exploitants qui intègrent ces groupes et ces pratiques sont loin d'être des arriérés et des doux rêveurs. les techniques adopées sont très pointues, et les résultats économiques sont plus que respectables.

geo

La FNSEA semble conserver la même ligne politique, encore et toujours basé sur l'investissement et la productivité, alors même que cette ligne est en grande partie responsable des maux actuels dans certaines filières (notamment la filière avicole en Bretagne). Il faut être aveugle pour ne pas voir que ce modèle est aujourd'hui en fin de vie. Les modèles alternatifs passeront par un nouveau rapport à la terre qui est aujourd'hui épuisée par la surexploitation, la monoculture, les phytos, les surdoses d'engrais...Pourquoi courir après des rendements toujours plus élevés? Est-ce qu'un rendement un peu moins élevé avec des coûts bien moins élevés ne sont-ils pas au final plus bénéfiques pour l'agriculteur? Ceci est le principe même de l'agroécologie.
NB: L'argument "faut produire plus pour nourrir les 9Mds d'humains à venir" n'est pas recevable, il sert simplement de prétexte à justifier une course à la production infondée. Le discours d'@fairytales à ce sujet est particulièrement significatif. Luttons contre le gaspillage, après on verra.

fairytales

@popey toi au moins tu n'as pas besoin de reflechir , tu prends le bon discours de la fnsea tu le sort et voila c'est tout chaud .... et en plus tu te trompes completement l'agroecologie n 'est pas du tout une ideologie ecologiste, mais bien un terme pour designer des pratiques qui sont mis en place prr des paysans ( pas par des technocrates) depuis maintenant quelques années en France , avec des fermes qui parfois produisent un peu moins , mais avec aussi beaucoup moins d'intrants et de fuel ,et c'est comme le dit plein454 pratiqué partout dans le monde sauf quasiment en france puisqu'on est vendu par LE syndicat a la petrochimie
quant à la decroissance , tu peux penser que dans un monde fini la croissance est infinie mais tu trouveras nombre d'economiste qui te diront l'inverse meme si ca te contrarie
enfin tu crains les tickets de rationnement pfff.....sache que tu vis dans un monde ou 1/3 de la nourriture produite est jetée , gachée souvent par des occidentaux qui meurent de trop manger , et que seulement 1/4 de ce tiers suffairait a eradiquer la famine, alors les ideologies productiviste .....

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier