Zones défavorisées: Auch bloquée par les agriculteurs jusqu'à jeudi

AFP

Zones défavorisées: Auch bloquée par les agriculteurs jusqu'à jeudi
© Jeunes agriculteurs du Gers

Les agriculteurs gersois, qui protestent contre la réforme des zones agricoles défavorisées, ont décidé de maintenir les barrages érigés lundi matin aux entrées de la ville d'Auch jusqu'au 15, "date de clôture du dossier", disent-ils.

"L'opération va durer quatre jours et quatre nuits", a déclaré à l'AFP le président de la FDSEA 32, Christian Cardona, ajoutant : "Nous continuons le combat jusqu'au 15, date de clôture du dossier annoncée par le président Macron." "Par rapport à l'ensemble des départements d'Occitanie, le Gers est le moins bien loti", estime le leader syndical, expliquant que "74 communes perdraient le statut de ZDS" (zone défavorisée simple), selon la dernière carte proposée par le gouvernement.

"On demande au ministère de prendre en compte nos analyses et nos critères spécifiques du Gers", a poursuivi M. Cardona. Selon lui, le "mouvement sert à défendre le premier maillon économique du Gers, qui est l'agriculture". Lundi vers 7h00, une centaine d'agriculteurs avec quelque cinquante tracteurs ont dressé des barrages sur les quatre accès de la capitale gersoise.

Dans un communiqué commun, les agriculteurs de la FDSEA et des JA 32, relèvent en particulier l'exclusion d'une région de l'ouest du département qui "met en danger presque 300 éleveurs gersois qui ne survivront pas à la perte de l'Indemnité compensatrice d'handicap naturel (ICHN)". Jeudi, le gouvernement doit présenter la carte définitive des zones défavorisées.

L'Union européenne a demandé à la France de revoir la carte actuelle de ces zones, qui détermine notamment le versement de l'ICHN hors montagne, une aide à laquelle est consacré chaque année un peu plus d'un milliard d'euros. Au total, 3.555 communes supplémentaires intégreront la nouvelle carte qui doit remplacer à partir du 1er janvier 2019 la carte actuelle, datant de 1976, et qui compte 10.429 communes, indique le ministère de l'Agriculture.

Sur le même sujet

Commentaires 21

AGRI 22

c est clair que le critere de chargement reflete tres bien le potentiel des terres et donc l atribution des aides

causse rouge

a agri 12 je précise que nous sommes en conventionnel.ce serait mentir de dire que les aides (surtout l ICHN) ne co nstituent pas une partie de notre revenu.nous avons une petite ferme.seuls les 100ha de STL sont primées.au niveau du departement 30ha de segala valent mieux que nos 100ha

@DIGUE3942

parfaitement d'accord avec toi. nous voulons des prix et stopper les primes. Tant qu'elles seront la, nous serons vu comme des assistés de la societe.
Cette societe veut du bio, du bon conventionnel, le tous origine France. Tres bien ont sais le faire.

Mais cela a un coup, et les francais doivent le comprendre et payer le produit a son prix.
Au lieu de payer une partie a l'europe qui en renvoie une partie aux paysans apres que tous le monde se soit graisser.

DIGUE3942

nous ne voulons pas d'aides, mais des prix rémunérateurs. Attendre des aides,c'est nous rabaisser au niveau du mendient ou SDF. est-ce que vraiment vu la complexité de notre travail, nous avons à nous laisser culpabiliser par qui que ce soit???? honte à ceux qui se prètent à ce jeu......

ddx

je constate que les adhérents fédé manifeste avec de gros tracteur donc il sont pas si mal heureux pour des zones défavorisées!
souvenez vous de notre dame des landes, c était pas du tout le meme genre de tracteur! ( mais eux n e sont pas fédé)
petit paysan , moi j ai pas les moyen d avoir un fendt a 100000euros et je vit très bien sur une petite exploitation avec des vieux tracteur dont le plus vieux a 44 ans

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier