Menu
PleinchampTV Lettre d'info

Des outils pour développer le lait bio en montagne

JA Mag

Des outils pour développer le lait bio en montagne

A quelques mois de La fin des quotas Laitiers en Europe,techniciens et conseillers des coopératives et des chambres d’agriculture des piémonts et des massifs montagneux disposent de tous Les outils pour accompagner efficacement toute personne souhaitant entrer dans Le Lait bio.

à noter

Les zones disposant déjà de signes officiels de qualité ne sont pas forcément favorables au développement d’une filière bio.

Des outils pour développer le lait bio en montagne

En septembre 2013 prenait fin Montagne Bio, projet de recherche Casdar porté pendant trois ans par l’Institut de l’élevage et partagé par les organisations para agricoles des massifs français et bon nombre d’acteurs.

Son objectif était triple: répondre aux demandes du marché ; contribuer au maintien de l’élevage laitier en zone de montagne par la création de filières à forte valeur ajoutée et accompagner le développement de l’agriculture biologique. Un an plus tard, la consommation de lait et de produits laitiers bio reste dynamique. Mais les laiteries n’augmentent leur collecte qu’à la marge. La dernière grande vague de recrutements de nouveaux producteurs bio date de 2009-2010. Elle est intervenue après la flambée du prix des matières premières de 2007-2008 et la crise du lait de 2009, lorsque des conventionnels ont franchi le pas vers le bio, pile au moment où le marché décollait. S’il devait y avoir aujourd’hui une hausse de la collecte par les laiteries, les candidats à la conversion auraient toutes les informations techniques et économiques de référence auprès de leur conseiller pour forger leur décision.

Dans les massifs sans signes de qualité, il est légitime de s’interroger sur la pérennité de son exploitation en zone à handicap naturel. C’est pourquoi la filière du lait bio peut sembler prometteuse.

«A la fin des années 1990 et au début des années 2000, on était un peu en culottes courtes - passez moi l’expression-, quand on nous demandait conseil sur le bio», sourit Jean-Pierre Monnier, responsable bovin lait à la chambre d’agriculture de la Loire. «On s’en est parfaitement rendu compte en 2009, confirme sa collègue de la chambre d’agriculture Savoie-Mont Blanc, Nathalie Sabatté, conseillère en système laitier. Quand les candidats à la conversion arrivaient avec des troupeaux de 60 vaches et des systèmes plutôt intensifs avec maïs et 7500 kg de lait par tête, on n’avait que nos références de 2000 avec de petites structures sur des systèmes herbagers.»

Les chambres d’agriculture de Rhône-Alpes et l’Institut de l’élevage décident alors de constituer un réseau de 30 fermes références en lait bio, réparties sur les huit départements de la région. Ce réseau piloté par l’institut technique fonctionne toujours et ses résultats sont communiqués très largement. Les références sont donc sans cesse réactualisées. Montagne Bio a donné naissance à une stratégie de développement de l’élevage laitier bio en travaillant sur huit départements : Ardèche, Aveyron, Doubs, Haute-Loire, Isère, Pyrénées-Atlantiques, Rhône et Savoie. Les acteurs du projet ont identifié les freins (méconnaissance du cahier des charges en bio, crainte de ne pas parvenir à l’autonomie fourragère ou de voir sa production baisser, etc.) et les motivations de différents types d’éleveurs, à partir d’entretiens réalisés avec plus de 160 d’entre eux.

Montagne Bio a aussi caractérisé les territoires dans lesquels la production pourrait plus facilement se développer pour fournir des pistes de réflexion autour d’un schéma de développement du lait bio en montagne. Il a par exemple été observé que les zones disposant déjà de signes officiels de qualité ne sont pas forcément favorables au développement d’une filière bio. Que dans d’autres massifs, le bio ne pourra pas se développer sans bouleverser des systèmes où demeurent des pratiques interdites dans le cahier des charges bio, comme l’entravement des bêtes à l’étable.

Sur le terrain, tous les partenaires du projet Montagne Bio disposent désormais des outils et de la méthodologie pour guider et  accompagner les candidats à la conversion. Citons Capel pour Conception assistée de projets éleveurs laitiers, un logiciel de simulation
technico-économique pour tester différents scénarii quand on change de système. «C’est un très bon outil où l’on peut voir les limites d’un système avec les pistes d’évolution ou d’amélioration en fonction de ses objectifs», poursuit Jean-Pierre Monnier.

Dans la Loire par exemple, Capel a déjà servi pour plusieurs dizaines de diagnostics. Citons encore toute cette communication faite régulièrement autour du bio. Car le plus grand danger serait que la production ne se développe pas et que les outils ne soient jamais sortis.

 C’est aux laiteries de bâtir leur projet économique pour développer la production laitière bio de montagne. Alors, les acteurs sauront conseiller et accompagner les éleveurs sur cette voie.

Des outils pour développer le lait bio en montagne

L’élevage laitier en montagne

Le recensement agricole de 2010 avait observé que les élevages de piémonts et de montagne représentaient 23% des 77 000 fermes  laitières de France et 16 % de la production. Depuis, les pourcentages n’ont guère changé, malgré la chute du nombre de ferme (72000 fermes). Dans son édition 2014 de L'économie laitière, le Cniel précisait que les exploitations de montagne ont un quota moyen de 239 696 l (situation au 31 mars 2013) contre 381640 l pour les élevages de plaine. Selon l’Institut de l’élevage, il y a dans la zone de piémonts et de montagnes une proportion d’éleveurs laitiers bio plus importante que la moyenne : 530 précisément, soit 29 % des effectifs totaux  français (470 millions l de collecte au national) alors que la zone ne représente que le quart des éleveurs de l’Hexagone.

                                                                     Source :Julien Piro - JAMAG - n° 710 - Décembre 2014

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires