Italie : démantèlement d'une filière de faux produits bio

La police financière de Vérone, en Italie, a annoncé mardi la saisie de 2.500 tonnes de faux produits bios et le démantèlement d'une filière qui les écoulait en Italie et en Europe.

L'opération a débouché sur des mandats d'arrêt pour sept personnes et des avis de mise sous enquête pour six autres. Plus de 2.500 tonnes de farine, froment, soja, fruits secs, faussement présentés comme biologiques, ont été saisies. Les policiers ont également reconstitué un trafic qui a porté sur plus de 700.000 tonnes en quelques années, pour une valeur supérieure à 220 millions d'euros.

 Le secteur du bio, en forte expansion, génère un chiffre d'affaires annuel de 3 milliards d'euros en Italie, soit trois fois plus qu'il y a dix ans.

Les produits de base étaient achetés en Roumanie et en Italie via des sociétés écran puis "transformés" en bio et revendus quatre fois plus chers en Italie, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Espagne, en France, en Belgique, en Hongrie, en Autriche et en Suisse, à travers un réseau de grossistes.

Italie : premier en Europe pour sa superficie cultivée en bio

Les personnes arrêtées sont notamment des dirigeants de sociétés agroalimentaires comme la Sunny Land, Sona et Bioecoitalia, et le directeur de l'organisme de certification pour la région des Marches. Au total, l'enquête a concerné une trentaine d'entreprises opérant dans les secteurs de la production et la commercialisation de céréales et de fruits frais dans tout le pays.

L'Italie est le premier pays en Europe pour le nombre de producteurs certifiés et les superficies cultivées en produits bios. "Plus de la moitié des Italiens achètent aujourd'hui des produits bio, un apport positif pour les entreprises agricoles dans cette période de crise", a estimé l'organisation des cultivateurs Coldiretti, qui recommande "plus de traçabilité des échanges et des contrôles jusqu'à la distribution".

Pour l'Association italienne de l'alimentation bio, l'enquête "met en lumière des faiblesses du secteur notamment les contrôles sur les matières premières importées en particulier celles utilisées dans l'élevage comme le soja et l'orge et les longues filières de la fabrication du pain ou des pâtes".

Source afp

Sur le même sujet

Commentaires 5

Agriculteur bio

Amis consommateurs, Lisez bien les étiquettes, même et surtout en bio, soyez vigilants cependant la fraude existe et continuera d'exister, reste à savoir quel est le pourcentage?
Malgré cela consommer bio est un acte citoyen qui n'enrichie pas les laboratoires mais rémunère les producteurs.

fanche

Les modes de production bio sont exemplaires, ils prouvent que l'on peut produire sans recours à la chimie, moins peut etre, mais durablement.
Il faut etre impitoyable avec ses marchands avides de fric sur le dos de consommateurs bio sincères et soucieux de leur environnement.
je positive en me disant qu'une telle affaire montre qu'il y a des controles.

boirins

Raisonnée raisonnable bien sur ???

cestmoi

importation de produits bio venant de chine, d'inde,d’Italie, de pétaouchnoke... ou de produits provenant d'une agriculture locale, raisonnée et contrôlée... Choisissez amis consommateurs.

paula 22

tout ce qui compte c est le fric tant pis si la planete est detruite

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires