Menu
PleinchampTV Lettre d'info

La FNAB réclame 20% du budget du ministère de l'Agriculture pour le bio

 La FNAB réclame  20% du budget du ministère de l'Agriculture pour le bio
M. Marion, président de la FNAB, plaide pour une hausse des crédits consacrés à la recherche en agriculture biologique

La Fédération nationale des agriculteurs biologiques (FNAB) demande au gouvernement de consacrer 20% du budget agricole français à l'agriculture biologique, pour atteindre l'objectif de 20% de surface agricole bio en 2020 fixé lors du Grenelle de l'environnement.

"On veut un plan bio avec des moyens à la hauteur des ambitions. A partir du moment où on a pour objectif 20% de la surface agricole, on veut 20% du budget du ministère de l'Agriculture", résume Dominique Marion, président de la FNAB, après une assemblée générale à Argentan (Orne).

M. Marion a plaidé pour une hausse des crédits consacrés à la recherche, et déploré que, selon lui, sur les 29.000 chercheurs de l'Inra (Institut national de la recherche agronomique), seuls 29 équivalents temps plein (soit une centaine de personnes) travaillent sur l'agriculture biologique.

La FNAB demande en outre un plan bio basé sur une structure interministérielle à cheval sur le ministère de l'Agriculture et de l'Ecologie.

Le plan bio Barnier  prend fin en 2012

Dans un message vidéo, diffusé à l'AG de la FNAB, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll s'est dit "attaché à porter un message fort sur l'agriculture biologique". Le nouveau ministre entend faire en sorte que "nous fassions ensemble un pas supplémentaire vers cette agriculture biologique". "Je sais pouvoir compter sur vous. Sachez que vous pouvez compter sur moi", a-t-il ajouté.

 "L'agriculture biologique s'est développée et en même temps connaît aussi, avec la fin du plan bio, un moment où il faudra réfléchir à la nouvelle étape que nous devrons franchir ensemble", a-t-il souligné.

Lancé en 2008, le plan bio Barnier, qui prend fin en 2012, reprenait l'objectif de 20% de la surface agricole en bio en 2020, fixé lors du Grenelle de l'environnement, mais, estime la FNAB, sans véritablement de moyens. Une enveloppe de 12 millions d'euros annuelle supplémentaire avait alors été annoncée.

Le plan comme le Grenelle visait également les 6% de surface agricole en bio en 2012 contre 2% en 2008. Or "on est à environ 3,5% aujourd'hui » rappelle François Thiéry, président de l'Agence bio. En retard sur ses voisins européens, la France compte "26.000 paysans bios" selon M. Marion.

La FNAB affiche près de 8.000 adhérents parmi  les 26.000 paysans bios français

Source Afp

Sur le même sujet

Commentaires 8

Dede12

oui Molo, c'est exactement ça: une subvention à la misère!

fanche

Etre bio, désormais produire sans toutes les béquilles chimiques j'en suis fier. là est la vraie modernité. Le dopage ne mène jamais trés loin bien longtemps.

molo

pourqoi parler d'agriculture bio alors qu'il s'agit de l'agriculture qui ce pratiqué il y a un siecle et avec laquelle on a connu la famine

fredd

et pourquoi pas une medecine "bio" ou on ne se soignerait qu'avec des plantes "bio" ; aux orties les irm, scanner , medecine nucleaire , rayons
retour aux sangsues , aux saignées et aux cataplasmes ..
.ouarf !!!

Bazile78

Les contraintes agroenvironnementales vont encore être renforcées avec la nouvelle PAC, on sera pas loin du bio à ce moment là. Sauf pour quelques produits bien marketés, inutile de développer le bio plus que ça. Le vrai sujet c'est de renforcer les filières déjà existantes pour vendre plus et créer des emplois.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires