Des pommes de terre pour l’alimentation des ruminants

(Photo A.B.)

Vu l’excellente récolte qui se profile, l’Institut de l’élevage (Idele) attire l’attention des éleveurs sur l’intérêt d’utiliser les pommes de terre et leurs coproduits pour l’alimentation des ruminants.

Les pommes de terre et leurs coproduits sont, pour l’Institut de l’élevage, une excellente solution pour l’alimentation des ruminants, notamment pour palier un éventuel déficit fourrager.

Cette année,  les prix de la pomme de terre et de ses coproduits de transformation sont en effet attractifs et les volumes importants  « Les coproduits de la pomme de terre doivent être considérés et utilisés commercialement comme une bonne solution pour le rationnement des ruminants » estime  l’Institut de l’élevage dans un article diffusé sur son site Internet ( http://www.idele.fr ).

L’éleveur peut utiliser, dans les rations des ruminants, directement les excédents de récolte ou différents types de coproduits de l’industrie. Ces coproduits sont intéressants d’un point de vue de la valeur énergétique et atteignent très souvent 1 UFL/kg MS. Les valeurs azotées sont plus variables d’un coproduit à l’autre. « Il est important de bien caractériser les coproduits achetés avant de les utiliser dans le rationnement»  précise l’Institut .

valeur nutritive

Valeurs nutritives des coproduits de l’industrie de la pomme de terre (source : tables Inra 2002 et 2007)

Ces coproduits permettent de bonnes performances zootechniques en diversifiant les rations, aussi bien en production laitière que chez les bovins viande ou les jeunes animaux. De nombreux essais conduits dans les années 90 ont démontré scientifiquement un maintien de la production laitière, un taux butyreux qui peut augmenter légèrement et un maintien du taux protéique. La maîtrise du stockage en ferme est primordiale afin d’assurer de bonnes performances zootechniques

« Pour des vaches laitières, la proportion ne doit pas dépasser 25% de la matière sèche totale dans le cas des coproduits crus et 20% dans le cas des cuits. Pour des animaux à l’engraissement, la proportion peut se situer respectivement autour de 35-40% et 30-35% » précise l’Institut dans son article.

Quant au prix, l’Institut de l’élevage estime que leur prix d’intérêt se situe entre 45 et 55 euros par tonne. Le coût du transport doit aussi être pris en compte pour établir un intérêt économique.

Pour en savoir plus

Pour ajuster au mieux le rationnement de vos animaux, l’Institut de l’élevage propose deux guides pratiques :

  • Guide pratique de l’alimentation du troupeau bovin laitier
     Pour voir et commander le guide, cliquez ici
  • L’alimentation pratique des chèvres laitières
     Pour voir et commander l’ouvrage, cliquez ici

Source D'après Idele

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires