Elevage : Bruxelles enquête sur les "tables rondes" organisées par le gouvernement français

Elevage : Bruxelles enquête sur les "tables rondes" organisées par le gouvernement français

La Commission européenne enquête sur des"comportements anticoncurrentiels allégués" dans les filières de l'élevage français, après les "tables rondes" organisées l'été dernier par le gouvernement en pleine crise agricole, selon un document dont l'AFP a obtenu copie et une source syndicale proche du dossier.

"La Commission enquête actuellement sur des comportements anticoncurrentiels allégués dans le secteur du lait en France", annonce-t-elle dans un courrier adressé mi-décembre aux organisations qui ont participé aux réunions des 24 juillet et 1er octobre à l'invitation du ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll. Les investigations de Bruxelles visent également les filières des viandes bovine et porcine, a indiqué à l'AFP Henri Brichart, vice-président de la FNSEA, syndicat majoritaire ayant participé à toutes les réunions. Syndicats, industriels et grande distribution sont suspectés d'infractions aux traités communautaires "du fait de la conclusion d'un ou de plusieurs accords sur les prix et/ou sur des restrictions aux importations", précise la Commission dans son courrier.

"Plaintes"

 

Les "tables rondes" avaient notamment abouti à des engagements de revalorisation des prix, avec des minima fixé à 340 euros pour une tonne de lait et 1,40 euro pour un kilo de porc, ainsi qu'une hausse de 20 centimes pour un kilo de boeuf. Les destinataires sont enjoints de fournir les ordres du jour, liste des participants, documents présentés, notes, comptes rendus et échanges écrits relatifs à ces "tables rondes" avant le 15 février, sous peine d'amendes. Contactée, la Commission a expliqué à l'AFP qu'elle "a reçu des plaintes sur la situation des marchés laitiers et de la viande en France et elle est en train de faire des enquêtes à ce sujet", sans plus de précision. Du côté du gouvernement, le directeur de cabinet de M. Le Foll a confirmé mercredi lors d'une conférence de presse que Bruxelles avait auditionné dès septembre des responsables de la direction de l'alimentation (DGAL) pour "vérifier l'euro-compatibilité de la médiation" sur les prix.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 17

bisounours

Il y a 20 ans sur mon département il y avait 2400 laitiers .
En 2015 il n'en reste plus que 700 ..

En 2015 : 75 sont partis en retraite .
En 2015 : 5 jeunes se sont installés en lait ..

Que fait l’Europe ? ..
ça !

Et la FNSEA qui veut toujours produire plus , (casser les quotas) :
Peut être , pour améliorer les marges des transformateurs et de la distribution , au détriment des producteurs ?
Sans le faire exprès..

Il n'y a pas un fabricant de boulons , ou de voitures qui produit plus qu'il ne peut en vendre !

Si on va mal , il y a toujours une solution avec la FNSEA :
Produire plus pour être compétitif !
Vive la FNSEA !

Hélas , le même logiciel depuis 50 ans .
Nous pourrions aussi changer de logiciel,et arrêter de pleurer .
Juste pour voir . Une fois ..

freiheit

bruxelle fnsea etc etc etc tout est p.......! fairent les beaux a l ecran apres y a un grand trou

Ouioui

Continuez de courber l echine

Modérateur de Pleinchamp

@Valt120 : merci de vérifier que votre commentaire respecte bien la charte de publication des commentaires (condition générales d'utilisation de Pleinchamp)
En effet : "Le modérateur se réserve la possibilité de refuser la publication des messages redondants, de nature publicitaire ou promotionnelle, contraires à l’ordre public ou aux bonnes mœurs, à caractère violent ou agressif, raciste ou diffamatoire, injurieux ou grossier, contraires aux droits d’auteur ou droits voisins, ou tout droit de propriété intellectuelle, au droit à l’image, au droit au respect de la vie privée ou qui enfreindraient toute autre disposition législative ou réglementaire en vigueur."

valt120

Merci à pleinchamps pour sa censure!!
et vive la liberté d'expression.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier