Ferme des "Mille vaches": les opposants demandent en référé la suspension du permis de construire

Ferme des "Mille vaches": les opposants demandent en référé la suspension du permis de construire

Les opposants à la "ferme des Mille Vaches" ont demandé lundi en référé la suspension du permis de construire de la ferme géante devant le tribunal administratif d'Amiens, ont annoncé leur avocat et la Confédération paysanne.

"On demande la suspension de l'arrêté de permis de construire de la ferme des Mille Vaches", située près d'Abbeville (Somme), a indiqué Me Grégoire Frison, avocat de la Confédération paysanne, de l'association d'opposants locaux Novissen et des associations MNLE, L214 et Picardie Nature.

Ce recours en "référé-suspension" concerne le permis de construire de la ferme géante "qui a été délivré il y a un an et demi" et "dont on dit qu'il faut le suspendre compte tenu d'irrégularités manifestes et nombreuses", a poursuivi l'avocat.

"Si ce n'est pas suspendu, le projet va continuer et même si le permis est annulé dans six mois, un an, ça sera construit et on permettra (au promoteur Michel Ramery) de régulariser sa situation", a-t-il encore déclaré.

La décision du tribunal administratif doit tomber dans une quinzaine de jours, selon Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne.

Cinquante à soixante militants ainsi que quelques élus étaient présents à l'audience, a-t-il précisé.

Dans un communiqué diffusé lundi soir, des élus EELV, parmi lesquels les députés européens José Bové et Karima Delli, ont dit soutenir "pleinement la démarche de ce collectif contre un projet d'agrobusiness aux conséquences désastreuses pour l'environnement, la santé, l'économie locale et le bien-être animal".

Un arrêté préfectoral a limité à 500 le nombre de vaches laitières sur le site, tant que la surface d'épandage des boues résiduelles ne serait pas suffisante. Mais les opposants estiment que les dimensions de la ferme, et du méthaniseur qui y est associé, n'ont pas été changées et qu'il s'agira à terme d'une ferme de 1.000 vaches (1.750 bovins au total avec les génisses).

"La méthanisation est une option intéressante pour la transition énergétique agricole, à condition de ne pas la marier avec un gigantisme industriel dédié, qui tire les prix vers le bas et détruit les fermes existantes", ont poursuivi les élus EELV.

L'Etat a demandé le mois dernier la démolition de bâtiments illégaux ne correspondant pas au permis de construire délivré, sans cependant avoir le pouvoir de contraindre le promoteur à s'exécuter. Un "hangar à paille" a notamment été démoli, selon les opposants. M. Ramery a déposé simultanément une demande de "permis modificatif" pour ses installations.

"On veut faire de ce procès le procès du système Ramery et de ce système d'agriculture qu'on combat", qui "fait disparaître plein d'éleveurs partout en France", a ajouté M. Pinatel. "On en appelle au président de la République et on dit aujourd'hui à François Hollande : on veut des fermes ou des usines ?", a-t-il ajouté.

Les opposants à la méga-ferme comptent interpeller M. Hollande à l'occasion du salon de l'agriculture, qui s'ouvre samedi à Paris.  Joints par l'AFP, les services de M. Ramery n'ont pas fait de commentaire, souhaitant "laisser le juge faire son travail".

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 11

youplaboom

malheureusement lim on aurait plus de prime on serait toujours payé au ras des chaussettes comme tu dis...mais cela dit les primes c'est un coup politique genial , ca permet d'imposer n'importe quelles conditions reglementaires (environnementales ou autres), quand les paysans ralent ca permet de sortir les chiffres des primes touchées ( regardez le montant astronomique des primes aux paysans, de vrai fonctionnaire, et en plus ils osent se plaindre...), et au final ca permet de produire de la nourriture a bons comptes ( pour permettre au gentil consomateur d'avoir son iphone renouvelé tous les ans pour permettre au gms de faire de bonnes marges)en se contentant avec les primes de maintenir les paysans juste la tete hors de l'eau afin qu'ils continuent (parce que le paysan est passionné ou attaché sentimentalement a la ferme de ses ancetres), et quand certains cedent ( arretent ou se suicident) ca laisse la place aux agrandissements, auquel on donne moin de prime et on leur dit produisez plus faites des economies d'echelles... jusqu'au moment ou il faudra encore agrandir, parce pendant que le paysan bossent 80h semaines au cul des vaches d'autres attendent gentiment apres 35h de travail sans resposabilité ni investissement qu'on leur donne cheque puis allocs et roule ma poule

lim

bob2805: Tout ce que l'on demande c'est de bien vendre nos produits, et que nos revenu soit à la hauteur du travail fourni (et la retraite aussi!), mais non l'état nous endors avec ses primes. Le producteur c'est celui qui gagne le moins et qui a le plus de mal, et par contre les intermédiaires eux s'en mettent plein les poches. Quand tu vois qu'il faut 3 ans pour vendre une génisse qui nous a couté cher, alors que eux en quelques jours et parfois sans transformation (pour les légumes) ils multiplient les prix.

C'est une méthode honteuse, un agriculteur fait vivre combien de personne? Beaucoup, chambre agri, centre de compta, agrial, minoterie, marchand de matériel, msa... Plu d'agriculteur, plus de chômage, et les campagnes ne serait pas belle. On entretien le paysage aussi, il faut que les gens s'en aperçoivent.
Le problème c'est au lieu de bien rémunérer notre production, l'état nous donne des primes et nous paye nos produit au ras des chaussettes pour que tout le monde s'en foutent plein les poches. Mais aujourd'hui cela ne suffit plus, les charges nous assomment et beaucoup d'exploitations sont en grande difficultés.

bob2805

lim vivre de passion ok mais le modele que tu presente est un modele qui est uniquement capable de vivre de primeSSSS et non de production

lim

gigi45, les vaches ne sont pas des robots!! Cela ressemble à quoi une grosse ferme, on peut parler d'usine à lait c'est tout, ce n'est plus une ferme, ou est le paysan? Laissons les vaches brouter l'herbe, c'est du n'importe quoi.
Les capitaux sont énorme personne ne peut reprendre sa après, en tout cas à un simple agriculteur. Il n'y a que des géant comme du BTP qui n'ont rien d'autre à fout...
Ce que je plein, sont toutes les fermes qui ont été avalés par ce géant. Il y avait bien d'autre ferme avant où sont-ils?
Tout le monde à le droit de vivre, on peut vivre avec bien moins, n'oublions pas que notre métier est avant tout une passion, une passion des animaux et de la terre avant tout.
Savez-vous que l'on vit aussi bien avec 60 ha qu'avec 200ha, alors pourquoi une évolution vers l'agrandissement qui ne finira s'en doute jamais.

geo

@gigi45: Permettez moi de trouver votre discours d'une faiblesse remarquable pour une personne comme vous qui n'a jamais caché son orientation syndicale. Vous laissez faire et vous verrez bien mais, dans le même temps, vous défendez le modèle familial. Est-ce bien compatible? Pensez-vous qu'au rythme où nous allons les exploitations actuelles seront transmissibles encore longtemps? La réponse est Non. Non pas par manque de volonté du jeune, mais par le montant des capitaux engagés et tout ce que ça sous-entend en terme de droits de succession. Pour votre gouverne, sachez que les jeunes au travail 365j/an relève plus d'une légende que d'une réalité. Quant à la réalité économique, il serait bienvenu de la reconsidérer quand on voit que la course à l'agrandissement ne mène à aucune plus-value sans soutiens publics. Comme trop souvent, l'argumentaire visant à soutenir ce type d'agriculture industrielle bute très vite sur des contradictions...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier