La Gasconne, une race qui tient ses promesses

Raphaël Lecocq

Serge Esteveny est venu à Paris avec Vice Dream
Serge Esteveny est venu à Paris avec Vice Dream

« La Gasconne est une race rustique d’une modernité stupéfiante ». On peut croire Evelyne et Serge Esteveny, qui en élèvent une quarantaine de mères au Dourn (81)… et qui ne sont donc pas Gascons.

En ces temps de campagne électorale, les promesses abondent et la fidélité est mise à rude épreuve. Fidèles, Evelyne et Serge Esteveny le sont. Fidèles à qui ? Fidèles à quoi ? « A la race Gasconne, répond l’éleveur. La Gasconne a une aptitude à la marche extraordinaire, elle valorise ainsi les parcours fourragers, va chercher les points d’eau, s’accommode des plus fortes amplitudes techniques. Elle a une grande finesse et une grande longueur de cuir. Elle engendre peu de frais vétérinaires et elle fait son veau tous les ans ». On l’aura deviné, Serge Esteveny est un peu amoureux de sa race, (de) son épouse aussi, qu’on se rassure. Le couple est tombé sous le charme il y a 20 ans et l’admiration qu’ils portent dépassent largement la reconnaissance du ventre.

Une première au Salon

Cette race, longtemps dédiée à la traction, a bien failli disparaître avec l’invasion des tracteurs. Depuis une vingtaine d’années, elle a repris du poil de la bête, mais derrière chaque éleveur demeure un fervent défenseur, pour ne pas dire un militant. «  La Gasconne gagne à être connue et beaucoup d’éleveurs perdent beaucoup à ne pas oser l’adopter ». Vedette de l’édition 2012 du Salon de l’agriculture, la Gasconne pourrait conquérir quelques suffrages. Evelyne et Serge Esteveny présenteront de leur côté Vice Dream au jury du concours de la race, programmé le mardi 28 février à 10h30. Peu importe le résultat, la Gasconne a déjà gagné son pari et tous les éleveurs en seront ravis.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier