Loi agricole : les vétérinaires dans la rue le 6 novembre

Loi agricole : les vétérinaires dans la rue le 6 novembre

Le syndicat des vétérinaires libéraux et le sénateur PS, président de la région Bourgogne François Patriat, demandent le retrait d'une disposition du projet de loi d'avenir de l'agriculture restreignant la délivrance de médicaments par les praticiens.

Le Syndicat national des vétérinaires d'exercice libéral (SNVEL, qui représente environ 40% des cabinets libéraux) a appelé mercredi ses adhérents à manifester le 6 novembre à Paris contre une disposition qui "a pour objet de lutter contre l'antibiorésistance mais risque d'être étendue à d'autres catégories de médicaments" a expliqué Anne Daumas, directrice du SNVEL.

« D'autres mesures très contraignantes sont déjà prévues » a-t-elle estimé en affirmant que la mobilisation des praticiens et des éleveurs depuis 2000 avait déjà permis de réduire l'usage des antibiotiques, "de près de 40%" selon elle.

"Cette dernière mesure risque de s'avérer contre-productive" et d'obliger les éleveurs à des démarches supplémentaires - avec la possibilité de traitements incomplets, relève-t-elle encore.

Pour M. Patriat, lui-même vétérinaire, "le projet de loi d'avenir pour l'agriculture comporte en l'état actuel un arbitrage choquant qui met en péril le monde vétérinaire" écrit-il dans un communiqué.

"On stigmatise ici en réalité une profession qui est pourtant, d'après toutes les études et tous les rapports scientifiques, en pointe depuis des années dans la lutte contre l'usage excessif des antibiotiques", poursuit-il.

"Nous demandons donc au Premier ministre de revenir sur cet arbitrage, qui ne répond en aucun cas à l'objectif poursuivi, à savoir la lutte contre l'antibiorésistance". Le projet de loi sera examiné en conseil des ministres le 13 novembre.  La manifestation du 6 compte mobiliser "2.000 à 3.000 vétérinaires sur les 10.000" que compte le SNVEL, de Montparnasse au ministère de la Santé selon Mme Daumas.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 15

dj35

au fait lorsqu'on appelle le véto à 3h du mat, ça coute déjà bonbon de payer le déplacement+ le supplément+ la vacation!!!!!!! Alors les produits on doit pouvoir les prendre ou on veut.

dj35

vu le prix du diagnostic, les produits véto, on doit pouvoir les prendre ou on veut.

tonio17

les véterinaires ont le droit de faire le diagnostic mais pas de soigner en délivrant les médicaments, nos trés riches pharmaciens ont gagné, mais les éleveurs vont tout perdre encore une fois

JP

ce qu'il ne faut pas oublier c'est qu'au depart ce sont les veto qui ont porte plainte contre les pharmacies donc il ne faut pas s'etonner du retour de baton

phil

Pour ma part , je prends la majorité de mes produits chez mon véto.....meme s'il gagne tres bien leurs vies , ils ne comptent pas leurs heures et sont toujours disponibles......c'est pas un pharmacien qui se levera la nuit pour vous donner un médicament pour sauver un veau ou une vache de plusieurs centaines d'euros.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires