Premières mises en examen dans le scandale de la viande de cheval

Deux anciens dirigeants de l'ex-entreprise Spanghero de Castelnaudary (Aude) ont été mis en examen par les juges.

Jacques Poujol, directeur général de fait de Spanghero, et Patrice Monguillon, directeur du site, sont les deux premières personnes formellement mises en cause par les juges Serge Tournaire, du pôle financier du tribunal de grande instance de Paris, et Aurélie Reymond, du pôle santé, dans ce scandale aux ramifications européennes.

Signe de la gravité accordée par la justice à cette affaire de santé publique, le parquet a requis le placement sous écrou de Jacques  Poujol, point qui sera débattu mardi à la demande de ses avocats. En attendant, il a été placé en détention. M. Monguillon a été laissé libre sous contrôle judiciaire.

MM. Poujol et Monguillon sont poursuivis pour "escroquerie en bande organisée", mais aussi "tromperie sur une marchandise", "tromperie sur l'origine française ou étrangère d'un produit", "tromperie sur une marchandise entraînant un danger pour la santé de l'homme ou de l'animal", "faux et usage de faux", "altération des preuves d'un délit", "introduction sur le territoire d'animaux vivants, de produits ou de sous-produits ou aliments pour animaux non conformes aux conditions sanitaires".

Les deux hommes sont ainsi renvoyés à leurs anciennes responsabilités chez Spanghero, l'entreprise au cœur d'une affaire qui, partie en février de Grande-Bretagne et d'Irlande, a mis en lumière certains agissements de l'industrie agroalimentaire et signalé l'opacité de ses circuits d'approvisionnement.

Spanghero a été ouvertement accusé par le gouvernement d'avoir trompé ses clients en revendant sciemment de la viande de cheval pour du bœuf. La viande a ensuite servi à la préparation de millions de plats cuisinés, comme des lasagnes, pour des marques comme Findus ou la grande distribution.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier