Soutien aux éleveurs: le Premier ministre fait le point avec le Crédit Agricole

Soutien aux éleveurs: le Premier ministre fait le point avec le Crédit Agricole

Le Premier ministre Manuel Valls et le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll ont reçu lundi les dirigeants de Crédit Agricole pour faire le point sur la mise en oeuvre des mesures d'allègement des charges bancaires des éleveurs, alors que ceux-ci s'interrogent sur l'action des banques.

"Le Premier ministre a rappelé l'importance qu'il attache à ce que lesmesures de restructuration des emprunts et notamment l'année blanche,c'est-à-dire un report total des annuités de 2015, soient proposées à tousles éleveurs", selon un communiqué de Matignon. "Les responsables de Crédit Agricole ont fait part de la mobilisation deleur réseau et de leur volonté de venir en aide aux éleveurs en situationdifficile pour assurer la pérennité de l'élevage français, en lien avec lesservices de l'Etat", ajoute ce même communiqué.

Pas assez d'ampleur

 

"Conscient des attentes exprimées, le Crédit Agricole communiquera avant le 15 décembre sur l'ensemble du dispositif mis en place avant et depuis le plan de soutien à l'élevage", a indiqué un porte-parole de l'établissement bancaire. Fin octobre, M. Le Foll avait souligné que, concernant la possibilité dedemander une "année blanche", les banques n'étaient pas des "plus allantes". Henri Brichart, vice-président de la FNSEA, a pour sa part "salué la volonté du Crédit Agricole et de ses caisses régionales de mettre en oeuvre la mesure, tout en redisant qu'à ce stade, elle ne prend pas assez d'ampleur". Il souligne que les banques "n'ont pas l'air très allantes pour entrer dans cette mesure" et évoque des difficultés administratives pour expliquer qu'il n'y a "pas énormément de dossiers qui ont pour l'instant abouti".

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 10

a

@disasterpiece, Ce serait intéressant pour les filières d'élevage, d'avoir l'ensemble des dettes des fournisseurs et des prestataires (contrôle laitier, inséminateur, centre de gestion, GDS, Uppra, etc...), parce qu'au final il faudra quand même payer surtout si les gas coulent (les contrôles non soldés, les paillettes non payés, les négoces seront obligés de facturer les impayés sur les intrants de ceux qui restent, etc..).

ghpalu

c'est vrai les comptable ne tienne pas compte des crise il ponde des chiffres mais sans réfléchire o risque d'une baisse des prit ou d'une crise sanitaire!!!!!

szut

sur ce point de vue la je suis d accord avec toi,mais pour moi ce n est pas de l incompétence, ce sont des gens qui se sont laisser embarquer dans des projets ou il ne maitrise ni l amont ni l aval,avec souvent la bénédiction des coops.Ce ne sont pas des imcompétents,on leur ajuste fait prendre des vessies pour des lanternes.

disasterpiece

@szut rien de tout ça si ce n'est un trésorier de CUMA qui voit qui paye et qui ne paye pas et quand tu vois que ce sont des grosses unités sur-équipées et sur-endettées qui traînent et mettent en péril la CUMA (et je ne parle pas que de la mienne renseignez vouz auprès des FDCUMA)

@ @disasterpieces voila tu es le raisonnement même de ce que j'appelle l'incompétence laisser les "conseillers"(qui ne sont pas les payeurs) décider pour toi au lieu de justement prévoir et d’anticiper les coups durs combien d'éleveur laitier se sont fait "plaisir" en investissant plein pot mais qui n'ont pas penser aux conséquences du mix fin des quotas, embargo russe et baisse des exports en chine ?

@disasterpiece

Mal gérés ? les éleveurs ont des conseillers de gestion, des comptables, des banquiers à qui vs devez fournir des études prévisionnelles ! Les aléas imprévus, maladies et chutes des cours, vs n'avez jamais entendu parler ? !!!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier