Tensions au Sommet

S C

Tensions au Sommet

Le Sommet de l’élevage s’ouvre dans un contexte international et économique tendu. Les organisateurs du Sommet espèrent toutefois accueillir entre 80.000 et 85.000 visiteurs du 1er au 3 octobre à Cournon, près de Clermont Ferrand.

Côté concours

Tensions au Sommet

Le SOMMET 2014 verra la participation de 2 concours bovins d’envergure : la race Aubrac organisera son concours national avec ses 400 meilleurs spécimens en compétition tandis que la race Simmental sera sous les feux de la rampe en organisant son tout premier concours européen.

Chez les ovins, le Mouton Vendéen sera en tête d’affiche avec son concours national tandis que les races Charolaise, Texel et Île de France profiteront de l’événement pour organiser leurs éditions interrégionales.

Le Sommet de l’élevage affiche complet à quelques jours de son ouverture. 73.200 m² de surfaces ont été commercialisées,  soit 1.400 m² de plus que l’an passé et 1.300 exposants dont 20 % d’étrangers.

Cet événement international va toutefois s’ouvrir dans un contexte économique tendu pour la filière bovine viande française. Dans un récent communiqué, les responsables professionnels de la FNB (fédération nationale bovine) annoncent en effet  «une crise de revenu des plus sévères» pour éleveurs de bovins viande. Face aux difficultés de trésorerie de certains producteurs, ils réclament « un grand plan financier d’accompagnement,  ainsi qu’une exonération sur le foncier non bâti ».

Au cœur du problème :  le prix des bovins qui s’effrite chaque semaine. « Nous sommes au bord du précipice » affirme la FNB qui montre du doigt, une fois de plus, les politiques de prix et d’approvisionnement des grandes surfaces.  La présence de viandes importées « pour casser les prix de leur marché »  les pousse notamment à bout. « Pour les éleveurs, c’est « Viandes de France » et rien d’autre ! » affirment-ils.

Ils demandent que les élus politiques passent aux actes et mettent en avant les productions locales. Autre exaspération de la profession : les réglementations qu’ils  jugent  parfois « proches de l’absurde, et inapplicables dans le contexte économique actuel ».  Concernant les zones  vulnérables, elles ne sont ni plus ni moins qu’un « plan généralisé d’extermination de l’élevage ».

Autant d’exaspérations auxquelles devra répondre le ministre Stéphane Le Foll qui a confirmé sa venue à Cournon le jeudi 2 octobre.

Lire aussi :

Six Sommets d’Or pour les agroéquipements

 

               

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires