Valentine la gasconne déjà star

Valentine la gasconne déjà star
(DR)

Avec sa robe gris argenté et ses cornes en forme de lyre, la vache gasconne Valentine, qui trônera à partir de samedi dans le carré VIP du Salon de l'Agriculture à Paris, est déjà une star que l'on s'arrache.

Depuis un mois, "le téléphone sonne tous les jours" chez l'éleveur de la belle, Francis Estadieu, propriétaire d'un cheptel de 60 têtes à Soueich en Haute-Garonne, entre Toulouse et Tarbes.  L'ancien international de rugby à XIII répond patiemment aux sollicitations médiatiques, conscient que cela "fait partie du jeu". L'éleveur voit comme un "privilège extraordinaire" le choix de sa vache, après un long processus.

Agée de 7 ans, déjà récompensée dans plusieurs concours, Valentine a été désignée à l'automne comme la meilleure représentante des gasconnes par les spécialistes de la race, après plusieurs mois de recherches. "Elle est belle, fière, gentille et docile", énumère M. Estadieu. Auparavant, un comité d'éleveurs du salon avait sélectionné la gasconne comme tête d'affiche, parmi 26 races de vaches.

Sans être menacée de disparition, la gasconne a en effet "du mal à s'imposer aujourd'hui. Elle fait partie des races à petits effectifs qui ont besoin de visibilité", souligne Juana Moreno, directrice du Salon de l'Agriculture.

23.000 gasconnes, réparties sur 74 départements

La France compte 23.000 gasconnes, réparties sur 74 départements. Les trois-quarts des effectifs se trouvent en Midi-Pyrénées. Mais la race est aussi présente à l'étranger, en Espagne, aux Pays-Bas, au Chili, entre autres. Présentée comme "la plus rustique" des vaches françaises, capable de supporter les reliefs et les climats les plus difficiles, la gasconne est réputée pour sa viande. Très fertiles, ces vaches peuvent donner naissance à un veau chaque année.

Valentine viendra d'ailleurs à Paris avec son quatrième bébé, Gipsy. Toutes les deux seront installées juste en face du tapis rouge du hall principal, passage obligé des politiques, qui devraient se bousculer à deux mois de la présidentielle.

Depuis la décision, en 2010, de "stariser" chaque année une vache, "il n'y a pas un homme politique qui ne vienne saluer" l'égérie, précise Mme Moreno. Francis Estadieu sait qu'il faudra faire face à une horde de micros et de caméras et compte bien rester près de Valentine "pour qu'elle s'habitue à tous ces flashes".

Il en profitera peut-être pour glisser "un message sur la condition paysanne" aux candidats à l'élection. Sans cesser de se réjouir du prestigieux destin de Valentine, un vrai "plus" pour son élevage, au moment où il s'apprête à passer la main à son fils.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier