2013 : année record pour le prix du lait

S C

2013 : année record pour le prix du lait

D’après la Fédération Nationale des Industries Laitières (Fnil), le prix du lait payé aux producteurs atteint un niveau record historique en 2013. Sur la période de janvier à octobre 2013, il s’établit à 341 €/1000 litres (source FranceAgriMer), en hausse de 7,33% par rapport à 2012.

Les éleveurs laitiers manifesteront le 6 décembre

La fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) appelle à une mobilisation nationale le 6 décembre pour protester contre la politique de prix du lait pratiqué par les laiteries.« La distribution a augmenté ses prix d'achats, les marchés mondiaux sont hauts, il n'y a pas de raison que les producteurs n'aient pas leur part du gâteau », explique André Bonard, trésorier de la FNPL. Les éleveurs demandent une hausse du prix moyen annuel de 30 euros les mille litres de lait par rapport au prix de l'année dernière.

« Un tel niveau de prix n’a jamais été atteint auparavant en France. Le précédent record datait de 2008 avec 336 €/1000 litres », souligne la Fédération Nationale des Industries Laitières (Fnil) dans un communiqué.

Elle explique cette hausse par la forte demande de produits laitiers sur les marchés internationaux, en particulier en Chine pour la  poudre de lait entier et en Russie  pour la poudre de lait écrémé,  le beurre et les  fromages. Les grands pays producteurs de lait peineraient à suivre la croissance de la demande, malgré des productions laitières en forte hausse : + 3,3% pour l’Union européenne en septembre, + 7,4% en Nouvelle-Zélande, mais + 1% seulement aux Etats-Unis et - 4,9% en Australie.

Contrairement à beaucoup d’autres matières premières agricoles (céréales, soja, café, huiles) dont les cours baissent en 2013, les cours mondiaux des produits laitiers ne cessent donc de progresser : +23% pour le beurre, + 36% pour la poudre de lait écrémé, +47% pour la poudre de lait entier, + 14% pour le fromage cheddar (variations sur un an à fin novembre - source USDA).

Nouveau record prévu pour 2014

Les prix mondiaux ont commencé à bondir brutalement en mars, mais en France ils ont suivi avec un décalage à partir de juin. Janvier avait même mal démarré pour les producteurs français, avec des prix plafonnés à 323, puis 324 euros les 1.000 litres et qui encaissaient une nouvelle baisse à 312 euros en mars, au moment du Salon de l'Agriculture. Il a fallu l'intervention d'un médiateur nommé par le gouvernement pour fixer une revalorisation de 25 euros/1.000 l en avril. Jusqu'au pic de juillet à 369 euros/1.000 (et encore 359 euros en octobre). 

D’après la Fnil, on devrait également battre un nouveau record de prix en 2014. Les cours des produits laitiers continuent en effet de progresser. « Les prix du lait payés en fin d’année en Europe montent à des niveaux record et la production laitière mondiale n’augmente pas suffisamment pour reconstituer un niveau minimal de stocks », expliquent les industriels du lait.

Les producteurs maintiennent la pression

A noter toutefois que les charges des producteurs ont fortement augmenté en 2013 et qu'il faudra donc attendre les prévisions de revenu 2013 des agriculteurs  (attendues la semaine prochaine) pour évaluer si cette hausse des prix s'est traduite par une augmentation de revenu. L'an dernier, le revenu moyen par actif des éleveurs laitiers était proche du SMIC. Les producteurs maintiennent donc la pression et demandent aux industriels une hausse du prix moyen annuel de 30 euros les mille litres de lait par rapport au prix de l'année dernière.

A la veille des négociations avec la grande distribution, ils réclament également pour 2014 "au moins un maintien des prix du lait en France à un même niveau que celui de 2013", selon Thierry Roquefeuil, président de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL).  Producteurs et industriels sont déjà engagés dans un bras de fer avec la grande distribution: "un rapport de force pur et dur", estime M. Calbrix, économiste à la Fnil, qui regrette "la difficulté de valoriser les produits en France" quand le marché mondial lui tend les bras.

La France produit 24 milliards de litres de lait, transformés dans 700 usines - soit 57.000 emplois pour l'industrie laitière.  La FNIL regroupe une centaine d’entreprises de transformation laitière.

Source Fnil

Sur le même sujet

Commentaires 18

ehoui

@@xavgrav44 non le minsitre Le Foll a dit qu' a 40cts certains laitiers gagneraient trop ( ils parlaient sans doute des robots qui se vendaient à la pelle alors que les laitiers n'avaient que le mot crise à la bouche) , sans doute ceux là sont ils performants
@bonsens77 heureusement que tu ne trouverais pas scandaleurx qu'ils gagnent plus venant de quelqu'un qui a sorti 15000 euros par mois l'an passé dans les bonnes terres du 77

phil 6012

ce n'est qu'un minimum et un juste retour des choses apres la crise de 2012 et la hausse des charges.....

pierrot

Le lait ça marche ??? attention les Bretons vont se mettre à faire du lait par centaine !!!!!

alan

le prix du lait augmente tant mieux il été tant, mon père leur a toujours dit mettais le a 3f/l vous ne manquerez pas de lait et il disais ça dans les années 80. On va peut etre arrivé a arreter la perte de nos élevages laitiers en france

bon sens 77

Très heureux que le travail de mes collègues éleveurs soit rémunéré correctement et si il gagnait encore plus je ne trouverai pas cela scandaleux au contraire. UN céréalier betteravier fier d'être paysan

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires