Alimentation : La nutrigénomique redessine la nutrition animale

Sandra Roupnel

Déjà au service de la sélection animale, la génomique s'applique aussi à la nutrition. La nutrigénomique étudie l'effet de l'alimentation sur l'expression des gènes.

La nutrigénomique débarque dans les élevages et cette nouvelle science s'apprête à bousculer les fondements de la nutrition animale. À la lueur de nouvelles connaissances et suite au récent séquençage du génome bovin, les chercheurs sont aujourd'hui capables de mesurer avec précision l'impact de l'alimentation sur l'expression des gènes. « Il ne s'agit pas de modifier les gènes, comme dans le cas des organismes génétiquement modifiés, précise Jackie Zawadzki, directeur d'Alltech France. Nous cherchons simplement à connaître l'influence de tel ou tel élément nutritif sur l'expression des gènes et en particulier sur ceux qui conditionnent la santé et les performances des animaux. » Comment les chercheurs peuvent-ils tester l'effet d'un apport alimentaire sur l'expression des gènes ? La technique repose sur l'utilisation d'une puce, capable d'analyser, tel un code barre, l'ensemble des gènes porteurs de l'information génétique. Toutes les cellules d'un organisme contiennent la même information génétique. Mais cette information s'exprime différemment selon l'organe auquel appartient la cellule. Les cellules d'un poil produisent par exemple de la kératine alors qu'une cellule du pancréas secrète de l'insuline.

La nutrigémomique permet d'appréhender beaucoup plus rapidement le mode d'action des nutriments. (DR)

La nutrigémomique permet d'appréhender beaucoup plus rapidement le mode d'action des nutriments. (DR)

Tester l'effet d'un nutriment

Suite à un apport alimentaire, les chercheurs vérifient, au niveau d'un organe cible (peau, foie, intestin, pancréas etc...), si un gène donné (ou un groupe de gènes) est activé, éteint ou non perturbé. L'activation d'un gène aboutit à la production de protéines, comme la kératine, par exemple. Reste à savoir si sous l'influence d'un nutriment donné, le gène est plus ou moins actif par rapport à un témoin. Dans le cas d'une étude sur le stress oxydatif, les chercheurs d'Alltech ont analysé l'activité des gènes contenus dans les cellules du sang suite à un apport de sélénium. Ils ont ainsi vérifié le rôle bénéfique d'un apport en sélénium organique(1) sur le système anti-oxydatif qui influence la résistance au stress et aux maladies de l'animal. Grâce à la nutrigénomique, d'autres niveaux d'action du sélénium sur l'animal ont pu être étudiés et notamment son rôle sur la production laitière et la reproduction, avec la découverte de mécanismes jusqu'alors insoupçonnés.

Améliorer la santé

Le principal intérêt de la nutrigénomique est l'acquisition efficace et rapide d'informations comparé aux anciennes méthodes expérimentales longues et coûteuses à mettre en oeuvre. Une poignée d'animaux suffisent à l'obtention d'une grande diversité d'informations extrêmement précises en quelques semaines. Le travail de la société Alltech qui, avec ses 2000 salariés dans 113 pays, se place au septième rang mondial des entreprises de santé animale, a permis de lancer un premier produit issu de ses recherches en nutrigénomique. EconomasE, une association d'antioxydants brevetée, est commercialisée par le fabricant d'aliments minéraux Rémond et la coopérative d'insémination animale Codelia au travers de la marque Genial. Ce complexe d'anti-oxydants permet une économie financière sur les apports en vitamine E.

(1) Sel-Plex®

Source Réussir Lait Elevage Décembre 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires