Amélioration de la saisonnalité des livraisons en trente ans

Costie Pruilh

Les régions où les grilles Criel de prix du lait marquent le plus fort écart entre l'été et le printemps sont celles qui ont le moins de lait d'été. En Haute-Normandie et dans le Grand-Est, l'écart est de 63 euros et de plus de 75 euros/1000 litres ! Il est de 50 euros en Basse-Normandie et en Rhône-Alpes. « Dans les régions où les choix des exploitants en matière de période de vêlage sont divers et variés, les creux et les pics se compensent, et la courbe moyenne est relativement plate », analyse Benoît Rubin, de l'Institut de l'élevage. C'est pourquoi des groupements de producteurs défendent une approche collective de la saisonnalité.

RBVL

Le rôle incitatif des grilles de prix n'est pas évident

En trente ans, la saisonnalité de la production s'est bien améliorée. Mais difficile de dire ce qui est attribuable aux différentiels de prix des grilles Criel, et ce qui est attribuable à l'agrandissement des troupeaux, la spécialisation en lait… Le rôle incitatif des grilles est perturbé par les fluctuations plus fortes des prix, selon Pierre Bernoux, de Sodiaal : « Depuis 2007, les fluctuations des cotations font que la grille de prix joue moins dans le pilotage de la production que les variations des cours du beurre et de la poudre. »

Pour en savoir plus

Voir dossier Réussir Lait de septembre 2011. « Produire pour le marché », R. Lait n°250, septembre 2011, p. 76 à 101.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires