Antibiotiques en élevage : un enjeu qui dépasse la filière

P. O.

Le taux de tests confirmés positifs a plus que doublé ici comme au niveau national.

Les antibiotiques en production laitière, thème de l’assemblée générale.

Le slogan des autorités sanitaires et de l’Assurance maladie est désormais bien connu à défaut d’être encore réellement appliqué : “Les antibiotiques, c’est pas automatique”. En élevage laitier, le message suivant pourrait lui être préféré : “Bien respecter les délais avant de recommencer à livrer”. C’est sûrement la recommandation que ne devrait pas manquer de délivrer Anne Pecou, responsable du service Assistance et harmonisation des laboratoires au Cniel (interprofession nationale laitière) qui sera l’une des intervenantes, le 1er juin à Aurillac, d’une table-ronde sur cette question des antibiotiques en production laitière, organisée par le Lial Massif central dans le cadre de son assemblée générale. Une préoccupation revenue au devant de la scène laitière ces derniers temps, notamment depuis janvier 2011 et la mise en oeuvre d’un nouveau test de dépistage des résidus d’antibiotiques Eclipse 3 G dans le cadre du paiement du lait au producteur. Un test adopté notamment pour ses capacités à détecter largement les différentes familles d’antibiotiques, au plus proche des limites maximales des résidus autorisées par la réglementation européenne.

Inflation des tests positifs

Nouveau test accompagné, dès juillet dernier, d’une nouvelle méthode de confirmation des échantillons de lait sortis positifs avec un test rapide, le test Charm, spécifique des bétalactames et tétracyclines, des molécules très utilisées en élevage laitier. Cette nouvelle méthode présente en outre une sensibilité notablement accrue. Conséquence : le taux d’échantillons confirmés positifs a doublé voire triplé depuis, tant sur les échantillons livrés au Lial Massif central qu’à l’échelle nationale. D’où l’importance pour le directeur du laboratoire qui analyse le lait de 6 262 producteurs (dont 4 400 en lait de vache, 1 800 en lait de brebis) de bien repréciser à l’ensemble de la filière, et en premier lieu aux producteurs, les changements intervenus mais aussi les modalités d’utilisation des antibiotiques et les précautions à prendre pour éviter tout test positif aux inhibiteurs : “On s’est en effet aperçu en commission de contrôle du Lial qu’il existait des différences d’interprétation en matière de délais d’attente entre l’administration de l’antibiotique et la reprise de livraison. Des éleveurs de bonne foi peuvent ainsi faire un mauvais calcul de ce délais notamment en cas de vélages précoces”, explique Jean-Vincent Gauzentes. Avec des conséquences loin d’être neutres pour ces derniers, astreints à de lourdes pénalités sur le paiement de leur lait. D’où la présence également autour de cette table-ronde de deux fabricants de produits vétérinaires - le responsable national qualité du lait de Pfeizer et le responsable technique Sud-Ouest de la gamme ruminants de MSD Santé animale - ainsi que celle d’Éric Février, vétérinaire praticien et président du syndicat des vétérinaires cantaliens. Mais, au-delà de la seule filière, le débat devrait aussi porter sur un enjeu plus large : celui de l’antibiorésistance. Un sujet qui inquiète bien plus que la sphère scientifique : en novembre dernier, le ministère de l’Agriculture a ainsi lancé un plan de pas moins de 40 mesures visant à réduire de 25 % l’usage des antibiotiques en élevage avec là aussi des recommandations pour éviter le recours systématique aux antibiotiques en élevage, un guide des bonnes pratiques, l’incitation à la vaccination et à la recherche de nouveaux antibiotiques, la vulgarisation de techniques alternatives, la limitation des prescriptions des antibiotiques dits critiques dont il faut préserver l’efficacité pour l’homme (fluoroquinolones, céphalosporines...) ou encore l’encadrement des pratiques commerciales liées à la vente de ces molécules.

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires