Après la viande, Stéphane Le Foll s'attaque à la revalorisation du prix du lait

Après la viande,  Stéphane Le Foll s'attaque à la revalorisation du prix du lait
Le litre payé à peine plus de 30 centimes aux éleveurs ne suffit pas à couvrir leurs charges (DR)

Une crise après l'autre: après la viande c'est au tour des professionnels du lait, producteurs, industriels et distributeurs, de se retrouver vendredi matin autour du ministre de l'Agriculture pour s'entendre sur une revalorisation des cours.

Après quelques mois d'embellie en 2014, les prix du lait sont repartis à la baisse, déprimés par un contexte mondial défavorable et quatre mois après la sortie des quotas européens, en vigueur depuis plus de trente ans, le litre payé à peine plus de 30 centimes aux éleveurs ne suffit pas à couvrir leurs charges.

"Il est évident que les producteurs ne peuvent continuer en l'état actuel des choses" a prévenu le président de leur fédération, la FNPL, Thierry Roquefeuil à l'issue d'une réunion préparatoire jeudi soir avec le ministre Stéphane Le Foll. 

Augmentation immédiate de 3 à 4 cts

Les éleveurs estiment qu'une augmentation immédiate de 3 à 4 centimes "minimum" leur permettrait de compenser les coûts de production. "Un gros travail" sera nécessaire vendredi, a reconnu M. Le Foll qui attend l'engagement de tous: "au-delà des distributeurs, il faudra que la hausse des prix puisse se répercuter sur tous" a-t-il dit, même si en la matière "rien n'est tout à fait simple en raison d'un grand mixte de produits" dérivés du lait - poudre, beurre etc. 

Le ministre veut surtout, par cette réunion au grand complet, "envoyer un message à l'ensemble des producteurs laitiers" qui se sont particulièrement mobilisés en début de semaine en Normandie, leur principal bassin de production. 

Un appel à l'Europe

Simultanément, M. Le Foll s'est tourné vers l'Europe: après avoir appelé plusieurs de ses homologues dont les pays traversent une crise similaire (Italie, Belgique, Allemagne, Irlande et Luxembourg, Etat qui préside le Conseil européen), il a demandé et obtenu jeudi la convocation d'un conseil européen des ministres de l'Agriculture pour le début du mois de septembre. La France, a-t-il rappelé, avait réclamé une revalorisation du prix d'intervention du lait en cas de dégringolade: "On a évité le pire mais la revalorisation n'a pas eu lieu".

Or outre la fin des quotas, l'embargo russe sur les produits agroalimentaires a contribué à engorger le marché européen, alors que la demande chinoise, en pleine croissance depuis 2010, s'est brusquement réduite de moitié en poudre de lait.

Mais les éleveurs français refusent de se sentir les seuls otages du marché mondial: "On ne peut pas dire aux producteurs qu'ils doivent évoluer dans un contexte mondialisé et garder des charges sociales ou fiscales typiquement françaises. En ce cas, on veut aussi des charges mondialisées" se défend M. Roquefeuil qui espère une mise à plat de "l'ensemble des charges pesant sur les exploitations". Pour autant le responsable refuse de renvoyer les différents opérateurs dos à dos: "Il faut un effort de la part des distributeurs comme des transformateurs et, dans une moindre mesure, du consommateur".

"On avait de telles difficultés de trésorerie que si 2014 a permis de combler une partie du déficit du passé, après six mois, on est déjà retombé, surtout les plus jeunes et qui nous préviennent qu'ils ne tiendront pas 20 ans à ce rythme", affirme le patron de la FNPL.

 

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 3

eleveur 61

Mr le ministre vous voulez faire croire que vous etes aux cotés des éleveurs le président aussi;Alors commencer par rétablir le droit de transférer sont droit a produire (ex quotat)d'une laiterie a une autre Mr LEMAIRE avait décider de transférer la propriétée du quotat aux laiteries Mr LEFOLL vous soutenez la décision de votre prédécesseur c'est un détournement de droit a produire que vous soutenez l'esclavage est aboli en france Mr.Je vous demande de restituer la propriétée des droits a produire aux producteurs.

pietin 113

Baratin et tromperie:
l'accord ne concerne que les marques distributeur et premier prix, soit 30% du marché,à l'arrivée, on aura à peine plus de 300e,alors,on vide les tanks?

damien36

Si Le Foll est aussi efficace pour le prix du lait que pour le prix de la viande, on est mal barré...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires