Aux États-Unis, les éleveurs ont été « préservés » jusqu'à fin 2015

Annick Conté

Aux États-Unis, les éleveurs ont été « préservés » jusqu'à fin 2015
Jusqu'à fin 2015, pour les éleveurs américains, ce n'était pas la crise. - © F. Mechekour

Outre-Atlantique, la consommation dynamique a soutenu le prix du lait. « Jusqu'à fin 2015, pour les éleveurs américains, ce n'était pas la crise, a expliqué Mélanie Richard de l'Institut de l'élevage. Le prix du lait est monté très haut en 2014 (555 dollars/t en octobre 2014), la baisse a été tardive mais franche fin 2014 : entre 2014 et 2015, le prix a chuté de 29 % mais le prix 2015 de 377 dollars/t est bien plus élevé que celui de 2009 qui était inférieur de 40 %. » Même s'il a décroché début 2016 en tombant à 346 dollars/t, il demeure au-dessus de celui pratiqué dans les autres bassins exportateurs. Quant à la marge sur coût alimentaire, elle a baissé de 38 % en 2015, sans devenir dissuasive : elle reste supérieure à celles de 2012 et 2013.

La production (95 millions de tonnes) a continué à progresser en 2015, mais de façon plus modérée (+1,3 %) suite à la sécheresse dans l'Ouest du pays. Le rendement moyen a augmenté plus faiblement pour atteindre 10 500 kg/vache. Le déplacement de la production dans l'Est et le mid west se poursuit au détriment de la Californie.

Face à cette hausse modérée de la production en 2015, la consommation a continué sa progression. « Cette progression très marquée est liée au dynamisme démographique et à l'augmentation de la consommation par habitant. » La consommation intérieure absorbe plus de 90 % de la production.

Aux États-Unis, les éleveurs ont été « préservés » jusqu'à fin 2015

Moins présents à l'export

Les États-Unis, moins compétitifs en 2015, sont moins présents à l'export. Le prix du lait à la production et la forte appréciation du dollar ont stoppé la montée en puissance depuis dix ans de l'export. La perte de compétitivité sur les marchés asiatiques les ONT conduits à recentrer leurs exportations vers l'Amérique du Nord et l'Amérique centrale. Ils ont augmenté leurs importations en 2015, notamment de fromages (France, Italie) et de beurre. Au final, leur balance commerciale a été divisée par deux en 2015.

Perspectives 2016 : hausse de la production

L'USDA table sur une hausse de la production de 1,8 % et une hausse de la consommation marquée de 2 %, notamment de beurre et fromages. Les États-Unis devraient être moins présents à l'export du fait du dollar fort et de la demande intérieure.

Source Réussir Lait

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires