Avec le lin : Les éleveurs laitiers peuvent gagner plus en nourrissant mieux les vaches

Les éleveurs laitiers qui nourriront mieux leurs animaux peuvent prétendre à gagner des crédits carbone, grâce au référencement le 1er avril par le ministère de l'Ecologie d'une méthode de réduction de rejet de méthane des ruminants laitiers, déposée par la société Valorex et l'Inra.

L'agriculture est « le 3e émetteur de gaz à effet de serre en France », a rappelé lors des journées scientifiques de la société Valorex à Pacé (Ille-et-Vilaine), Dimitar Nikov, du bureau des crédits carbone au ministère de l'Ecologie.

Valorex (alimentation animale, conseils et développement de la réintroduction des cultures traditionnelles riches en oméga 3 comme le lin dans l'alimentation animale) est à l'origine de l'association Bleu-Blanc-Coeur, qui regroupe les acteurs de la chaîne alimentaire s'engageant dans la traçabilité des produits ou le respect de l'environnement.

Le lin : bien être animal et réduction des émissions de méthane

Selon les essais menés depuis 2003 par Valorex, le passage d'une alimentation à base de tourteaux (soja, etc...) à de l'herbage complété par des graines comme le lin réduit le taux de matières grasses dans le lait, augmente la présence d'oméga 3 et réduit de 15% les émissions de méthane qu'émettent les ruminants en éructant.

Même si, en changeant d'alimentation pour leurs animaux, les éleveurs connaîtront un surcoût de 5% en moyenne, « les vaches vont produire plus de lait, 5 à 10% de lait en plus, et l'agriculteur est bénéficiaire », assure Béatrice Dupont, directrice commerciale chez Valorex.

Un crédit carbone attribué aux éleveurs

Les agriculteurs pourront désormais percevoir en plus un crédit carbone équivalent à 40 centimes pour mille litres de lait, a noté Pierre Weill, patron de Valorex et créateur de l'association Bleu-Blanc-Coeur, qui milite depuis 20 ans pour le retour d'une alimentation saine dans les assiettes en passant par l'alimentation et le bien-être animal.

En France, sur une production de 24 milliards de litres de lait, environ un milliard sont produits à partir d'une alimentation herbage/lin (dont 300 millions de litres sous le logo Bleu-Blanc-Coeur, comme Danone qui a développé ce type d'élevage auprès de ses producteurs depuis 2004).

« On a encore 23 milliards de litres de lait à conquérir pour le bien de la planète », a lancé lors de son discours Pierre Weill.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires