Bâtiments d'élevage : Quel sol préfèrent les pieds des bovins ?

Sandra Roupnel

Une étude suédoise montre que les sols souples sont préférables pour les animaux. Le risque de boiteries est 3,6 fois plus important sur des caillebotis en béton.

Le coût (direct et indirect) d'un ulcère de la sole peut atteindre 500 euros. Est-il possible de prévenir l'apparition de ces ulcères ? Le choix d'un sol adapté peut-il réduire l'incidence des boiteries ? « En Suède, nous estimons que 95 % des bovins présentent des problèmes d'onglons, a affirmé Michael Ventorp, de l'Université suédoise des sciences agricoles, lors du Colloque européen sur les bâtiments du futur à Lille(1). Lors d'une récente étude, nous avons mis en évidence que les sols souples étaient préférables pour les animaux. »

En Suède, 95 % des bovins présentent des problèmes d'onglons

Le risque de boiteries est 3,6 fois plus important pour des primipares logées sur des caillebotis en béton que sur des caillebotis recouverts de caoutchouc. Les hémorragies de la sole et de la ligne blanche sont 2 à 3 fois plus fréquentes. Et les bêtes passent plus de temps couchées au détriment de l'alimentation.
Le constat est similaire pour les génisses. En comparaison à l'aire paillée, considérée comme souple, le sol dur en béton augmente l'érosion de la corne du talon. Pour autant, il est préférable de loger les génisses sur un sol dur si ce type de sol est utilisé pendant la lactation. Il convient aussi d'éviter les changements aux alentours du vêlage. Si l'éleveur opte pour un sol dur en béton, celui-ci doit disposer d'un drainage suffisant (caillebotis ou sol en pente) et être raclé fréquemment afin d'améliorer les conditions d'hygiène des couloirs mais aussi des surfaces de couchage. Notons que les sols en caillebotis, surtout s'ils présentent de larges rainures, font pression sur la sole et provoquent un risque plus élevé de lésions des onglons.
Outre une meilleure santé des onglons, un sol souple accroît la résistance au glissement et améliore la locomotion de l'animal. Mais les tapis en caoutchouc actuels ne sont pas suffisamment abrasifs pour les onglons. Il est donc nécessaire de parer plus souvent. De nouveaux tapis en caoutchouc sont censés améliorer l'usure des onglons.

Le sol idéal doit être à la fois souple et abrasif

Une autre alternative consiste à utiliser plusieurs sols, d'abrasivité différente, selon les zones du bâtiment. Il est possible, par exemple, d'utiliser des tapis en caoutchouc dans l'allée d'alimentation et du béton entre les logettes. « Nous préconisons aussi l'installation de stalles d'alimentation, comme on en voit en Allemagne, au Danemark et en Suède. Chaque place au cornadis est ainsi individualisée par des séparations. La stalle est plus élevée que le sol. Son revêtement est plus souple. Son sol est propre et sec. Les animaux ne sont pas dérangés pendant le raclage. L'idée est de créer un bon environnement pour l'alimentation. »

(1) organisé par le Réseau mixte technologique sur les bâtiments d'élevage du futur.

Source Réussir Lait Elevage Mars 2010

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires