Bruno Le Maire : « augmenter la production laitière » en France

Bruno Le Maire : « augmenter la production laitière » en France

Lors du congrès de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), le ministre de l'Agriculture a appelé à "augmenter la production laitière" et à développer les contrats entre producteurs et industriels.

"Nous devons maintenir et augmenter les capacités de production laitière, car tout ce que nous ne réaliserons pas en France, ce seront les Allemands qui le produiront", a affirmé le ministre de l'Agriculture à Verdun. Il a par ailleurs appelé "à maintenir la production partout en France, sinon quoi elle se concentrera sur un ou deux territoires".

 La profession, secouée en 2009 et 2010 par des crises à répétition en raison d'une baisse des prix du lait, a connu un redressement des marchés, mais doit faire face à une réorganisation en raison de la fin des quotas prévue dans trois ans.

 "Les propositions actuelles de réforme de la PAC peuvent-elles nous donner de nouvelles perspectives ? Non seulement nous en doutons fort, mais nous sommes très inquiets, en particulier pour le secteur laitier", a lancé le président de la FNPL, Henri Brichart.

« Aujourd'hui, on compte 75.000 exploitations laitières sur 70 hectares en moyenne avec un revenu de moins de 18.000 euros environ, qui dépend pour beaucoup des aides européennes", a-t-il souligné, craignant que les producteurs de lait soient "les sacrifiés de la nouvelle PAC".

M. Le Maire, plutôt bien accueilli par les 500 congressistes, a appelé à "l'introduction d'une régulation dans la renégociation de la PAC" et à la création d'un "observatoire européen de volume de production", ainsi qu'au développement des contrats entre producteurs et industriels.

Pour préparer la fin des quotas en 2015, le gouvernement français a imposé la signature d'un contrat entre les industriels et leurs fournisseurs que sont les producteurs de lait, dont l'objectif est de sécuriser les revenus des éleveurs. Au début du mois la FNPL a intenté une action en justice contre le géant Lactalis, estimant "préjudiciables" certaines clauses de la proposition.

"J'appelle Lactalis à jouer le jeu des contrats, a répondu le ministre. Je n'accepterai pas qu'un industriel impose ses conditions unilatérales aux producteurs. J'ai demandé à Lactalis de reprendre le chemin de la négociation".

Source Afp

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires