BVD ou maladie des muqueuses. En route vers l’éradication

Dr Didier GUERIN

BVD ou maladie des muqueuses. En route vers l’éradication

Dépistage des IPI : La lutte contre la BVD repose, notamment, sur la détection précoce des IPI. Avec le prélèvement de cartilage auriculaire, un nouvel outil facile à utiliser est à votre disposition.

Partout en Europe, des actions sont engagées contre la BVD. Face à cette maladie bovine dont les conséquences peuvent être lourdes pour les élevages atteints, des programmes de prévention, de lutte et d’éradication sont proposés.

La BVD, un impact économique conséquent en élevage laitier, en augmentation en élevage allaitant… avec quelques cas explosifs !

En élevage laitier, selon l’impact « moyen » ou « marqué », la BVD coûte de 46 à 83 € par vache (calculs de l'unité de gestion de la santé animale de l'Ecole Nationale Vétérinaire de Nantes). En allaitant, GDS Bourgogne a fait une estimation à partir d’une modélisation de l’élevage charolais. Il en ressort un coût moyen de la maladie de 13,10 € par reproducteur. Des facteurs de risque particuliers (introduction de gestantes, regroupement de troupeaux, non-isolement des bovins introduits…) et de nouveaux facteurs aggravants (vêlages d’automne et stabulation en hiver, taille des bâtiments…) favorisent une exposition d’un nombre important de vaches en début de gestation et peuvent générer des cas explosifs.

Une démarche d'éradication du virus BVD engagée dans plusieurs pays européens

Plusieurs pays européens (Autriche, Suisse, Allemagne, Suède, Irlande, Belgique…) sont engagés dans une démarche d'éradication du virus BVD. Cela implique les nécessités suivantes : tous les cheptels doivent être concernés d’où un programme obligatoire ; des mesures d’accompagnement, notamment de biosécurité, doivent être définies et mises en place avec rigueur, d’où une implication collective ; une surveillance étroite du statut BVD doit être effectuée pour repérer toute nouvelle contamination, d’où une mobilisation à maintenir. Avec ces conditions, la durée du plan d’éradication se situe autour de 5 ans à laquelle se rajoute la surveillance post-éradication.

Une stratégie nationale d’éradication du virus BVD en cours de réflexion en France

En raison de l’impact économique de la BVD, notamment en élevage laitier, de la mise en place d’éradication dans certains pays (cf. ci-dessus), le Conseil d’Administration de GDS France du 28 janvier 2014 a chargé un groupe d’élaborer la stratégie nationale collective. L’objectif est de proposer un plan d’éradication intégrant un échéancier adapté aux spécificités régionales, de définir les axes stratégiques et de fournir les éléments techniques et économiques pour élaborer la meilleure méthode collective.

Des résultats probants pour notre plan d’action 

Face à un virus qui circule très largement dans notre zone (8 % des cheptels se contaminent chaque année), la maîtrise des points à risques, développée par le GRASL et GDS Creuse depuis 2002, a été la base de notre action. Ce plan est composé :

  • Pour les élevages « fermés » du triptyque : contrôle systématique avec isolement de tout bovin introduit, vaccination des génisses avant la 1ère mise à la reproduction et gestion par rapport au voisinage pendant la période à risque (entre le 40ème et 125ème jour de gestation).
  • Pour les élevages « ouverts » : vaccination annuelle des gestantes.

Il donne des résultats probants. Cependant, un cas grave sur deux aurait pu être évité si le contrôle à l’introduction avec isolement et/ou la vaccination systématique des génisses avant la 1ère mise à la reproduction avaient été effectués.

Notre plan départemental d’action qui s’adapte avec l’intégration de nouveaux outils

Le contrôle systématique à l’introduction va se poursuivre, rappelons qu’il apporte toute sa valeur ajoutée si, parallèlement, l’isolement des bovins introduits est réel. Afin d’avoir une analyse plus complète de notre situation épidémiologique, le suivi des cheptels de départ et d’arrivée lors de résultats positifs à l’introduction ou à la vente et des élevages en assainissement va être renforcé. Le prélèvement de cartilage auriculaire va être proposé (cf. encadré).

Un sujet majeur à aborder lors du bilan sanitaire annuel

Du fait de l’impact important que cette maladie peut induire, la prévention vis à vis de la BVD constitue un sujet majeur à aborder lors du bilan sanitaire annuel que vous devez réaliser avec votre vétérinaire. Un panel d’outils existe. Selon les facteurs de risques propres à votre élevage, un plan spécifique est à définir pour votre troupeau avec un choix des outils disponibles. Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à en discuter avec votre vétérinaire ou à nous contacter.

BVD ou maladie des muqueuses. En route vers l’éradication

Un nouvel outil contre la BVD : le prélèvement de cartilage auriculaire

Le prélèvement de cartilage auriculaire permet de dépister le virus BVD chez vos veaux dès la naissance. Vous réalisez vous-même le prélèvement de cartilage qui va être analysé.

Repérer vos veaux IPI, apporter des garanties non-IPI

Deux objectifs principaux sont dévolus à ce nouvel outil : repérer précocement les veaux IPI dans les élevages confrontés à de la circulation virale BVD et délivrer une attestation non-IPI aux bovins présentant des résultats favorables. Les destinataires sont donc les élevages en assainissement, les veaux nés de vaches introduites gestantes, les sélectionneurs et tout autre élevage intéressé.

Un kit d’intervention fourni par GDS Creuse en relation avec le vétérinaire en charge du suivi pour votre élevage

Si vous êtes intéressé, vous nous communiquez la liste des numéros des veaux sur lesquels les prélèvements seront effectués et l’identité du vétérinaire en charge du suivi pour votre élevage. Dans les 15 jours suivants, nous vous faisons parvenir le kit d’intervention : pince, boucles, poches pour recueillir les prélèvements. Vous effectuez les prélèvements sur tous les veaux naissants concernés par le programme et ce, le plus tôt possible. Les prélèvements réalisés (partie de la boucle contenant le morceau de cartilage) sont mis dans la poche prélèvement que vous transmettez à votre vétérinaire. Ces prélèvements parviennent au Laboratoire Départemental d’Analyses (LDA) d’Ajain par le système de ramassage.

Une analyse PCR BVD, un accompagnement par GDS Creuse et votre vétérinaire

Le LDA réalise une analyse PCR BVD sur le cartilage, il vous transmet le résultat ainsi qu’à votre vétérinaire et nous-mêmes. En cas de résultat négatif et sur votre demande, nous vous délivrons une attestation non-IPI. Lors de résultat positif, en concertation avec le vétérinaire et vous-même, nous étudions la nécessité de confirmer éventuellement ce résultat (infecté transitoire ou IPI) et/ou d’éliminer le veau.

Pour cette campagne, un coût de 5,20 € par prélèvement

Dans le cadre de la phase d’essai qui va se dérouler au cours de cette campagne, les boucles sont fournies gratuitement par le fabricant, Thermo-Fisher. Les frais de l’analyse sont intégrés dans le tiers payant : le LDA nous facture 6,50 € par prélèvement, nous vous refacturons 5,20 € par prélèvement, après déduction de l’aide du Conseil Général.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires