Campagne 2012/2013 : le quota lait ne sera pas atteint

Campagne 2012/2013 : le quota lait ne sera pas atteint

Sur l’ensemble de la campagne 2012/2013, le niveau de la collecte cumulé et corrigé de la matière grasse atteindrait un déficit de plus de 1,5 million de tonnes, soit une sous-réalisation de 6 % par rapport au quota fixé pour la campagne en cours.

En février 2013, la collecte de lait de vache est en retrait de plus de 4 % par rapport au mois de février 2012, annonce le ministère dans sa lettre Agreste. Cette baisse est plus marquée pour les régions Aquitaine, Bourgogne et Midi-Pyrénées. Le recul de la collecte laitière est ramené à 0,7 % si l’on tient compte du caractère bissextile de l’année 2012.

Sous l’effet conjugué de plusieurs facteurs défavorables (fourrages médiocres, concentrés chers au regard du prix du lait), la collecte recule depuis l’été 2012. En cumul depuis le début de la campagne, la collecte de lait de vache est en retrait de 2,1 % en février 2013 par rapport à la même période de l’an passé. Sur l’ensemble de la campagne 2012/2013, le niveau de la collecte cumulé et corrigé de la matière grasse atteindrait un déficit de plus de 1,5 million de tonnes, soit une sous-réalisation de 6 % par rapport au quota fixé pour la campagne en cours.

Selon les premières estimations de FranceAgriMer, la baisse de la collecte de lait de vache se poursuivrait (-5 % en mars 2013 par rapport à mars 2012).  La période froide du mois de mars a fortement pénalisé la production laitière. Les conditions climatiques défavorables ont entraîné la perturbation du ramassage du lait dans les régions du Nord-ouest de la France et des retards dans la pousse de l’herbe.

Dans l’Union européenne, la collecte est également en baisse dans un contexte de prix des concentrés élevés, mais avec des situations très hétérogènes d’un pays à l’autre. Au Danemark, la collecte reste dynamique malgré un risque de dépassement du quota. En Allemagne tout comme aux Pays-Bas, la maîtrise de la production permet à la collecte de s’aligner sur la référence nationale. Au Royaume-Uni et en Irlande, la collecte recule.

Cette réduction des disponibilités laitières pénalise fortement l’ensemble des fabrications de produits laitiers mais les fabrications de fromages à pâte pressée non cuite progressent avec des exportations en hausse.

laitmai2013

Source Agreste

Sur le même sujet

Commentaires 8

moi meme

l'agriculture a tgrs ete la variable d'ajustement les gouvernements ont achetes la paix siciale pas cher et nous ont definitivement discregites incapables que nous sommes de vivre de notre metier.allez expliquer que les prix agricole baissent en euros conctant pendant que nous charges prennent 2a5/100par an .ils s'en foutent chacun pour soi pouvu que la bouffe soi pas cgeree par contre le portable est dernier cri .

de OLIVEIRA DE LA SUZA

360 à 400 EUROS TONNES un point c tout 1 point c toi !!!!

sans artifices et pis c tout et c comme ça....

geo

Je ne conteste absolument pas le fait qu'en agriculture, les aides PAC servent à compenser un produit qui n'est pas vendu à son juste prix.Mais je veux simplement souligner le fait que ce n'est pas nouveau. Les prix sont soutenus de manière artificielle depuis 1962 et la création de la PAC mais avec des formes différentes (soutiens aux coopératives qui vous augmentaient "artificiellement" le prix, aides directes couplées en 1992 puis DPU en 2003). Donc même en 1990 si votre produit avait été payé à son prix du marché, vous n'auriez pas vécu de votre métier.
A travers ces évolutions, vous comprendrez aisément que comparer 1980 et 2013 n'a que très peu de sens, tout comme le fait de souhaiter la fin de la PAC. Actuellement, le système fait que les coûts de production sont trop importants avec un atelier d'élevage bovin pour espérer vivre sans aides dans la majorité des fermes françaises.

pedro de oliveira de la suza

Geo à ce que je vois, tu parles bien, oui c sur la PAC por les laitiers intègre l' aide laitiere qui nous ajuste un petit chuya notre prix payé au litre, t' es mignon quand même, mais on le sait, tu t 'inquiètes pas et d' ailleurs vaut mieux qu' elle tombe en oct et nov sinon on serait dans le c..., après ce qu'on veut dire mon petit lapin même si encore une fois on est daccord pour avoir un maximum d 'autonomie en protéine, en ceci-cela, c que le litre de lait tout comme la viande n'a jamais connu une augmentation comme d 'autres produits, blé, colza tournesol... si une fois ah oui et d 'ailleurs c 'était magnifiquement dit dans la presse en une d 'un quotidien le plus vendu, d' ailleurs "JACKOT POUR LES ELEVEURS LAITIERS" avec un prix qui à l' époque a frôlé les 400 euros,"belle pub pour nous dans la presse"...

a geo

en 1990, ont vivai de notre boulot, plus qu'aujourd'hui, non pas grace a la Pac comme tu dit, mais le prix payer a l'epoque n'a pas suivi l'inflation, contrairement a toutes les travailleurs en France!
Moi, la Pac, je suis pour qu'ont la supprime, c'est versé des aides a des personnes qui n'en ont pas besoin et qui profite de cette aubaine pour ce faire de l'argent, sur le dos des agriculteurs(regardons a qui va la pac, a touts le monde, sauf au VRAI paysans!!)

Alors ont nous paie un prix renumerateur, et ont vire la Pac avec toutes les vautours qui vont avec!!!

Nous, paysans, sommes toujours la variable d'ajustement, cela dois s'arreter rapidement.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires