Coeur de Normandy, une marque d'agriculteurs

Costie Pruilh

Coeur de Normandy, une marque d'agriculteurs
La marque est prévue pour se décliner sur d'autres produits, laitiers, viande, légumes... - © Sandrine Bossière

Un retour de 0,40 €/l pour le producteur

La FDSEA de la Manche est à l'origine de ce projet et de la SAS qui détient la marque; elle gère la commercialisation des produits qui l'arborent. L'aventure commence avec une brique de lait de consommation demi-écrémé, vendue dans des Carrefour et Intermarché de Normandie. "Nous avons voulu faire une démarche collective, qui profite à un grand nombre de producteurs et pas qu'à quelques-uns", indique Ludovic Blin, vice-président de la FDSEA de la Manche. Si les ventes se développent, le nombre de distributeurs augmentera. "Nous voulons aussi lancer d'autres produits, laitiers et autres (viande, légumes...)."

Un retour de 0,40 €/l pour le producteur

La SAS achète le lait matière première à la coopérative Maîtres laitiers du Cotentin (MLC), "une des laiteries qui paye le mieux le lait en Normandie". La SAS lui paye également la prestation de transformation et conditionnement. Le reste est pris en charge par la SAS : achat du packaging, relations commerciales, logistique. "Si ça fonctionne, l'objectif ultime sera de créer une OP commerciale pour alimenter les produits Coeur de Normandy."

"Pour le consommateur, l'achat de ces briques se veut être un acte solidaire des éleveurs. Sur un litre vendu 0,89 €/l en magasin, 0,33 € sont pour les producteurs MLC et 0,07 € sont pour indemniser les agriculteurs adhérents de la FDSEA qui font les animations commerciales en magasin."

Source Réussir Lait

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 1

invictus

c'est facile d'utiliser l'image d'une région avec ses paysages son pâturage, sa race spécifique..
aucun cahier des charges aucunes garanti pour le consommateur d'avoir du lait issu d'élevage où les vaches pâturent et où le paysage est respecté..
Marre que la fédé se serve de l'image d'une région sans s'occuper de ceux qui permettent de garder et garantir dans le temps cette image.
La région, soutenue par la fédé s'est déjà servi de l'image vache de Normandie pour exporter des bovins en Iran , résultat seulement 20% des animaux exportés seront de normandie et de race charolaise alors arrêtez de nous prendre pour des C.. et le consommateur aussi.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires