Détection des résidus d’antibiotiques : la méthode change

Marie-Astrid d'Hautefeuille

Détection des résidus d’antibiotiques : la méthode change

Le 1er janvier 2014, une nouvelle méthode officielle pour le paiement du lait entre en vigueur. Explications sur le nouveau schéma de détection des antibiotiques et rappel des mesures à prendre pour éviter un résultat positif.

La méthode officielle pour le paiement du lait

Après une étude technique menée par le Cniel en 2012/2013, un nouveau schéma a été décidé et validé par l’administration. Il vise à :

• détecter les résidus d’antibiotiques prescrits en élevage laitier,

• gagner en réactivité pour les analyses de confirmation.

La méthode qui entre en vigueur à partir du 1er janvier 2014 consiste à réaliser un test de dépistage, avec le DELVOTEST®T. En cas de résultat positif au dépistage, des analyses de confirmation avec des tests CHARM ROSA® sont à utiliser « en cascade ».

L’utilisation de ces tests permettra dans la plupart des cas d’obtenir les résultats confirmés en une seule journée d’analyses.

Les laboratoires interprofessionnels laitiers ont une reconnaissance officielle pour réaliser ces analyses.
Seule la méthode officielle pratiquée au laboratoire fait foi pour le paiement du lait.

Un  résultat  positif en confirmation indique la présence d’antibiotiques. Il entraîne l’application d’une pénalité selon les modalités prévues par l'accord interprofessionnel.
Un outil d’aide au diagnostic a été élaboré par le CNIEL. Il peut servir de guide aux techniciens pour rechercher l’origine d’un accident.

12 bonnes pratiques à rappeler

 Pour maîtriser les risques et éviter les accidents, voici quelques bonnes pratiques à mettre en œuvre.

• Identifier systématiquement et marquer visuellement tous les animaux traités, y compris les animaux taris,
• Enregistrer tous les traitements  dans le cahier sanitaire et conserver les ordonnances,
• Bien connaître les exigences d’utilisation des médicaments employés, et se conformer à la prescription du vétérinaire,  
• Bien transmettre les consignes en cas de changement de trayeur,
• Ecarter le lait de tous les quartiers pendant tout le délai d’attente,
• Respecter la période colostrale (pas de livraison avant le 7ème jour suivant le vêlage),
• Sur les animaux taris, bien vérifier le délai d’attente à appliquer en cas de durée de tarissement courte ou de vêlage avant terme,
• Prendre en compte les traitements autres qu’intra-mammaires (oblets, injections, sprays, pommades, etc.),
• Ne pas utiliser de bidons de dérivation trop petits,

• Bien rincer la griffe après la traite d’un animal traité,
• En cas de doute, prévenir son collecteur avant la collecte,
• En cas de doute, afficher sur le tank que le lait ne doit pas être collecté.

Dans tous les cas, c'est la date de fin du traitement qui doit être prise en compte pour déterminer la fin du délai d'attente.  Certains médicaments ont un délai d’attente fonction de la date et de la durée du tarissement.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires