Ensilage de maïs 2009 : Les semis précoces s'en sont mieux tirés

Emeline Bignon

« Le manque de pluviométrie de juillet à septembre a provoqué une évolution rapide du taux de matière sèche plante entière, remarque Bertrand Carpentier, spécialiste maïs fourrage chez Arvalis. Dans beaucoup de régions, le maïs a été ensilé avec des taux de matière sèche assez élevés, de 35 % et plus, lorsque l'objectif tourne autour de 32-33 %. »
Le manque d'eau explique aussi une grande hétérogénéité des rendements, fonction aussi des dates de semis et des conditions d'implantation. « Pour la troisième année consécutive, les semis précoces se sont mieux comportés. Nous conseillons de semer à partir du 10-15 avril, dès que la qualité de reprise des sols se montre suffisante. » Cette année, les semis précoces ont en effet profité d'un bon démarrage, et le remplissage des grains s'est réalisé avant la rupture de l'alimentation hydrique.

Compte tenu des taux de matière sèche élevés, attention à la reprise en fermentation à l'ouverture des silos de maïs. (S. Leitenberger)

Compte tenu des taux de matière sèche élevés, attention à la reprise en fermentation à l'ouverture des silos de maïs. (S. Leitenberger)

Dessication rapide

Certaines régions s'en sortent globalement mieux que d'autres. C'est le cas de l'Alsace-Lorraine et de la Franche-Comté, régulièrement arrosées cet été. De même que la Bretagne qui affiche des rendements bons à très bons, même si les températures élevées n'ont pas toujours été au rendez-vous.
« Compte tenu des taux de matière sèche élevés, il n'y a pas de gros risque quant à la conservation du fourrage. Par contre, attention aux reprises en fermentation à l'ouverture du silo suite à un éventuel manque de tassement, met en garde l'expert. La pose de boudins à la verticale du front d'attaque et un désilage franc et net est particulièrement recommandé cette année pour éviter au maximum les entrées d'air au silo. »

« Le manque de pluviométrie de juillet à septembre a provoqué une évolution rapide du taux de matière sèche plante entière, remarque Bertrand Carpentier, spécialiste maïs fourrage chez Arvalis. Dans beaucoup de régions, le maïs a été ensilé avec des taux de matière sèche assez élevés, de 35 % et plus, lorsque l'objectif tourne autour de 32-33 %. »
Le manque d'eau explique aussi une grande hétérogénéité des rendements, fonction aussi des dates de semis et des conditions d'implantation. « Pour la troisième année consécutive, les semis précoces se sont mieux comportés. Nous conseillons de semer à partir du 10-15 avril, dès que la qualité de reprise des sols se montre suffisante. » Cette année, les semis précoces ont en effet profité d'un bon démarrage, et le remplissage des grains s'est réalisé avant la rupture de l'alimentation hydrique.

Source Réussir Lait Elevage Novembre 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires