Etats-Unis : Un nouveau « Farm Bill » encore plus protecteur

Annick Conté

La nouvelle loi agricole américaine pour 2008-2012 renforce les programmes traditionnels de soutien.

Le nouveau Farm Bill veut apporter davantage de sécurité aux producteurs de lait. L'objectif
public affiché reste toujours d'assurer un approvisionnement régulier des centres urbains
en lait liquide, de réguler la mise en marché et de soutenir le revenu des agriculteurs. D'où
le maintien des soutiens au secteur laitier qui bénéficie depuis longtemps d'un statut
particulier. La politique laitière est basée sur le soutien des prix via des achats à
l'intervention du beurre et de la poudre de lait écrémée. Elle est encadrée par des offices
régionaux appelés Milk Markeding Order et distingue quatre classes de lait suivant sa
destination(1). La principale innovation est la fixation directe des prix de soutien. En pratique
avec le nouveau Farm Bill, les prix d'intervention pour la poudre, le beurre ou le Cheddar
sont maintenus ou relevés.

Dans le Wisconsin. Le programme d'aide au revenu des éleveurs laitiers américains est prolongé jusqu'en 2012. (A. Pflimlin)

Dans le Wisconsin. Le programme d'aide au revenu des éleveurs laitiers américains est prolongé jusqu'en 2012. (A. Pflimlin)

Un dispositif de stabilisation du CA

Le programme d'aides au revenu (MILC) est prolongé jusqu'en 2012 et le plafond de
production éligible pour cette aide directe est doublée (2000 tonnes). Il s'agit d'aides
contracycliques dont le principe est semblable à celui des grandes cultures (aides directes
calculées sur la différence entre le prix du marché et un prix objectif basé sur le prix du lait
de classe I de la région de Boston).
La politique laitière américaine com-prend deux autres volets internes : un programme
d'assurance par rapport aux fluctuations des prix et un programme de promotion de
produits laitiers. Le nouveau Farm Bill étend la taxe de promotion des produits laitiers aux
produits importés. Quant au programme de subventions à l'exportation (seulement 5 % de
la production nationale), il est reconduit jusque fin 2012. Notons toutefois que toutes ces
mesures de soutien n'ont pas réussi à réduire les fluctuations du prix moyen du litre de lait
des dix dernières années qui est passé de 260 à 350 $ voire 400 $ par tonne de lait
pratiquement d'une année sur l'autre.



Pour les grandes cultures, le nouveau Farm Bill est encore plus sécurisant. Il renforce les
programmes traditionnels de soutien : les prix minima et les prix objectifs seront légèrement
revalorisés en 2010. Et il introduit un nouveau dispositif de stabilisation des recettes par
culture, prenant en compte à la fois le prix et le rendement. L'objectif est de garantir un
chiffre d'affaires minimum par culture, dérivé du chiffre d'affaires historique pour cette
culture dans l'Etat où est située l'exploitation. Pour y participer, les agriculteurs devront
renoncer à partir de 2009 aux aides contracycliques et accepter une réduction de 30 % du
prix minima et de 20 % du paiement direct.

D'après l'Institut de l'élevage et AgriUSanalyse.

(1) Lait liquide, produits frais, fromages, et beurre/poudre.

Source Réussir Lait Elevage Juillet-Août 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires