Eurogénétique : Girafe remporte le concours miss nationale !

Marc Labille – L’Exploitant agricole de Saône et Loire

« girafe championne Miss nationales Montbéliard à Epinal »  Girafe du Gaec des Buissons de Baudrières, championne Miss nationales Montbéliard à Epinal il y a quinze jours.

Le 10 avril dernier à Epinal (88), Girafe une génisse appartenant au Gaec des Buissons de Baudrières (71), a remporté le concours des miss nationales du salon Eurogénétique. Retour.

C’est une consécration pour cette exploitation familiale de Baudrières composée de Chantal et François Maire, lesquels viennent d’être rejoints par leur fils Yohan.

C’est aussi l’aboutissement de plusieurs années d’investissement en matière de génétique. L’origine de cette sélection remonte à 2003 lorsque sur les indications de Jacques Perrot, inséminateur à Elva Novia, François avait acheté une génisse de six mois dans un élevage en cessation à Varennes-le-Grand. Il s’agissait d’une sœur du célèbre taureau Urbaniste (natif de la Saône-et-Loire) dont la souche était à vendre. Pour 500 euros, l’acheteur avait accès à l’une des génisses du lot tirée à la courte paille. Chanceux, François est tombé sur la meilleure, en l’occurrence Urane, une vache qui a donné deux taureaux agréés : Biberon au catalogue Umotest et Dremel JB au catalogue Jurabétail. Pour tirer profit de cette femelle de haut niveau, la famille Maire lui a fait produire des embryons qui ont été transplantés sur d’autres vaches du troupeau. Urane a ainsi été accouplée avec Rhésus pour donner notamment Charmeuse qui n’est autre que la mère de Girafe, la génisse sélectionnée pour Paris.

La souche Urane

C’est avec Urane que le Gaec des Buissons est véritablement passé à la vitesse supérieure en matière de génétique. Outre le fait de produire – grâce à la transplantation embryonnaire - une excellente descendance, Urane marquait l’une de toutes premières sorties de l’élevage en concours à l’occasion de l’intercantonnal de Jalogny. Urane qui a aussi permis au Gaec de participer à la vente aux enchères d’Umotest en obtenant 3.600 euros pour l’une de ses filles dénommée Candy. Dans la foulée, François rachetait une autre Candy, fille de Ralban cette fois, laquelle concourrait à Gen et Tech l’an dernier à Chalon où elle a obtenu une place sur le podium.

Comme autre nouvelle souche, la famille Maire avait également acheté un embryon d’Upas (Gilbert Bontemps), accouplée avec Sir, dont une petite-fille est aujourd’hui mère à taureau dans l’élevage.

Magnifique Girafe

Née le 1er novembre 2011, Girafe est donc une fille d’Ulemo, une petite-fille d’Urane et une petite-nièce d’Urbaniste. C’est une magnifique génisse qui a atteint la note maximale de 9 en morphologie. « Elle est à 7 en bassin, 6 en mamelle, 6 en aplombs, 6 en aptitude bouchère », détaillait en février François. Elégante et harmonieuse, Girafe en impose avec ses 1 m 54 de hauteur au sacrum. Dans la stabulation, elle dépasse la plupart de ses congénères mêmes plus âgées. Ce gabarit annonce une capacité d’ingestion importante, un caractère crucial pour une bonne laitière, explique l’éleveur. Contrôlée à 32,6 kg de lait par jour, elle a produit 3.300 litres en 111 jours.

Comme si cela ne suffisait pas, Girafe se montre particulièrement docile. Prise en main par Victorien, l’expert en dressage de la maison, elle s’est mise à marcher toute seule dès sa première sortie.

En février dernier, grâce à Girafe, le Gaec des Buisson participait pour la première fois au concours général montbéliard à Paris. A peine deux mois plus tard, la voilà auréolée de son premier titre de championne au prestigieux Eurogénétique.

Un évènement qui ne manquera pas de galvaniser le moral de ces éleveurs de Baudrières. La famille Maire s’apprête en effet à investir dans un nouvel outil de travail. De 443.000 litres de lait, le quota de l’exploitation devrait passer à près de 700.000 avec l’installation de Yohann. Un bâtiment de 100 places de vaches en logettes sur caillebotis ainsi qu’une salle de traite 2X12 postes simple équipement sont en projet. Il faut dire aussi que Victorien, le frère cadet de Yohan, aujourd’hui âgé de 17 ans, est en formation agricole à Fontaines dans l’optique de revenir sur l’exploitation familiale.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires