Europe : Bruxelles réglemente l'utilisation des sous-produits animaux

SC

La Commission européenne propose de nouvelles règles pour encadrer l'utilisation industrielle des graisses, os et viscères des animaux, qui restent interdits dans la chaîne alimentaire.

Près de 16 millions de tonnes de sous-produits animaux sont produits chaque années par les abattoirs et les exploitations agricoles de l'Union européenne. La Commission maintient l'interdiction de les utiliser pour nourrir les animaux d'élevage entrant dans l'alimentation humaine.

Mais un projet de règlement soumis mardi aux États membres et au Parlement européen propose une nouvelle classification de ses sous-produits, basée sur les risques, qui détermine s'ils peuvent être utilisés comme aliments pour animaux, pour la fabrication de produits techniques ou s'ils doivent être détruits.

Près de 14 millions de tonnes de produits d'origine animales peuvent être utilisés à des fins diverses, hors de la chaîne alimentaire : les peaux pour la fabrication de cuirs, les produits sanguins dans des instruments de diagnostic, les viscères et les gélatines pour la fabrication de cosmétiques ou de cordages de raquettes de tennis, le lait en poudre pour l'alimentation des animaux, les os et les graisses pour la production de fertilisants.

Les carcasses et certains restes d'animaux peuvent être utilisés pour nourrir les animaux sauvages, comme les vautours, les loups et les ours.

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires