Ferme des Trinottières : Autant de lait mais moins de TP avec les drêches de blé

Sandra Roupnel

Une expérimentation menée à la ferme des Trinottières montre l'intérêt des drêches de blé dans l'alimentation des vaches laitières.

« En substitution du tourteau de colza, la distribution de drêches de blé aux vaches laitières donne de bons résultats, assure Jean-Michel Lamy, conseiller à la chambre d'agriculture du Maine-et-Loire. Notre essai, réalisé en partenariat avec la société Désialis, a permis de mesurer l'impact zootechnique, encore mal connu, de l'utilisation partielle ou totale de drêches de blé dans la ration. Dans les conditions de cet essai, les drêches de blé ont permis un maintien des performances laitières du troupeau. Ce coproduit, issu de l'industrie des biocarburants, constitue un correcteur protéique de qualité. » Les drêches ont été distribuées à des laitières en début de lactation. Trois lots d'animaux ont été constitués : l'un consommant du tourteau de colza, le second recevant 50 % de drêches et 50 % de tourteau de colza et le dernier complémenté uniquement avec des drêches. Les valeurs alimentaires retenues, par kilo de matière sèche, étaient respectivement pour les drêches de blé et le tourteau de colza de 1,13 UFL, 215 g PDIN, 140 g PDIE et 0,98 UFL, 239 g PDIN, 153 g PDIE. Un apport de 850 grammes de matière sèche de tourteau tanné de colza a permis d'équilibrer les trois rations à 90 g de PDIE par kilo de matière sèche. La partie fourrage était composée d'ensilage de maïs et d'enrubannage de luzerne.

Un très bon niveau de production laitière mais un TP plus faible avec les drêches

Pendant l'essai, qui a duré 10 semaines, les ingestions ont été d'un bon niveau (22,5 kg de matière sèche) malgré la présence de primipares. Les différences d'ingestion entre les lots n'ont pas été significatives mais elles ont eu tendance à être en baisse avec les niveaux les plus élevés d'incorporation de drêches (5 kg/j). Quel que soit le type de complémentation protéique utilisé, le niveau de production est élevé, avec en moyenne 37,5 kg de lait. Les performances laitières ainsi que le taux butyreux sont identiques entre les trois lots. Le TP est cependant plus faible chez les vaches complémentées uniquement avec des drêches, soit -1,1 g/kg comparativement au lot alimenté avec du tourteau de colza. Ce résultat s'explique en partie par une plus faible teneur en lysine des drêches de blé. Enfin, les animaux ne recevant que des drêches ont eu une moins bonne reprise de poids malgré une valeur énergétique des drêches plus élevée, mais un niveau d'ingestion de ration plus faible.

Source Réussir Lait Juin 2011

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires