Ferme expérimentale de Derval : Pas d'improvisation lors de la mise en route du robot de traite

Emeline Bignon

Le passage à la traite robotisée à la ferme expérimentale de Derval date d'il y a presque un an. Le point sur les conseils et les erreurs à éviter pour une mise en route en douceur.

A la ferme expérimentale de Derval, en Loire-Atlantique, le robot de Delaval remplace les trayeurs depuis juin dernier. Pour Thomas Huneau, chargé des expérimentations liées à la traite et à la qualité du lait, « le passage au robot ne s'improvise pas ». Quelques précautions au démarrage sont indispensables pour une mise en route, avec le moins de stress possible pour les vaches comme pour les éleveurs.

En circulation guidée, il est indispensable d'habituer les animaux à la nouvelle circulation. (E. Bignon)

En circulation guidée, il est indispensable d'habituer les animaux à la nouvelle circulation. (E. Bignon)

Ajuster l'effectif de vaches

Le troupeau compte 85 Prim'Holstein à 9500 kg de lait. « Avec 70 vaches traites en moyenne, nous disposons d'un effectif situé dans la fourchette haute pour le fonctionnement d'une seule stalle de robot, indique Thomas Huneau. Nous avons donc préféré limiter le nombre de vaches traites à 60 pour démarrer. En avançant le tarissement des laitières les plus avancées en lactation, et en réformant plus tôt que prévu quatre vaches qui souffraient de boiteries. Nous avons fait le choix de ne pas réformer sur le critère des mamelles dans un premier temps et de laisser le robot faire la sélection. On peut parfois être surpris par les performances du robot malgré une implantation des trayons pas forcément idéale. »
La moitié des vaches est passée à la traite robotisée au 15 juin, et le reste du troupeau quinze jours plus tard. Avec un effectif réduit à trente vaches, le paramétrage de chaque animal a pu s'effectuer dans la journée. « Selon les vaches, ce réglage prend deux à dix minutes. Il faut compter en moyenne 15 mn par vache lors de son premier passage pour le paramétrage et la traite. Du coup, le premier jour, le robot a été très accaparé et seulement la moitié des laitières a pu être traite plus d'une fois. » Pour la première traite, les vachers ont regroupé les vaches par lot de dix dans l'aire d'attente, et les ont fait passer une par une dans l'automate. Un système de barrière formant un entonnoir en se repliant a facilité la tâche.

À Derval, la circulation est inversée avec une porte de pré-sélection. Les vaches circulent dans un sens défini grâce à des portillons anti-retour de l'aire d'alimentation vers le robot, puis les logettes. Pour se coucher, les vaches n'ont pas d'autre choix que de repasser devant le robot. La porte de tri « intelligente » identifie les animaux et les oriente vers le robot ou l'aire de couchage, selon qu'elles ont ou non besoin d'être traites, en fonction de la programmation effectuée par les éleveurs.
« Cette conduite facilite la phase d'habituation, relève Thomas Huneau. En mode de circulation libre, cette période s'avère plus délicate à gérer. Comme rien n'oblige les vaches à passer par l'automate, l'éleveur doit être beaucoup plus présent lors de cette phase. »

Eduquer les vaches

Par contre, avec une conduite contrôlée, il est indispensable d'habituer au préalable les animaux à la nouvelle circulation dans le bâtiment. « Le matin même de la mise en route du robot, nous avons donc guidé les vaches par lot de six ou sept bêtes pour les éduquer aux nouveaux passages créés. Chaque nouvel obstacle, chaque portillon — même si un modèle identique se retrouve à différents endroits — nécessite un apprentissage. Sans quoi, les vaches sont perdues ! »
Les dix jours qui ont suivi la mise en route, les niveaux de production ont diminué d'un et demi à deux litres de lait en moyenne par vache et par jour. « Le nombre de traite moyen n'atteignait pas tout à fait les deux fois par vache et par jour. Pendant trois ou quatre jours, le troupeau a été poussé. Même si 90 % des laitières avaient bien pris le pli, certaines réfractaires ne parvenaient pas à accéder aux logettes et se couchaient sur l'aire d'exercice. Durant cette période, il faut accepter d'être très présent autour des vaches et ne pas hésiter à accentuer le raclage. »

Autre conseil : mieux vaut avoir entièrement finalisé les derniers aménagements (passage de câbles, pose de petits matériels, etc.) avant la mise en route, même s'ils ne s'avèrent pas essentiels au fonctionnement et que vous êtes pressés de démarrer ! « Les quinze premiers jours sont intenses, et exigent de se consacrer 100 % au troupeau. »
Le passage au robot nécessite aussi en amont une phase d'anticipation. D'abord sur le plan sanitaire. « Il faut s'assurer que la situation de l'élevage se révèle saine au départ en termes de cellules et de mammites. » Les boiteries sont également à surveiller de près ; un parage préventif est le bienvenu.

Le pâturage est assuré par un chemin à trois voies.

Le pâturage est assuré par un chemin à trois voies.

 

Anticiper le renouvellement

« La diminution des effectifs au démarrage par le tarissement, associé à quelques réformes, ne nous a pas permis de réaliser entièrement notre quota cette campagne. Donc prudence ! Pensez à garder assez de génisses pour assurer un renouvellement suffisant. »
Côté alimentation, la quantité de concentrés dans la ration semi-complète distribuée à l'auge a été revue à la baisse pour que le concentré proposé au robot en guise d'appât serve à la fois de complémentation.
« Il est délicat de préconiser une période particulière pour faciliter le passage à la traite robotisée mais il vaut mieux éviter de le réaliser en saison de pâturage. » Aujourd'hui, les 72 vaches traites produisent 2050 litres par jour, soit la même production qu'avant la mise en place du robot il y a un an. « Le troupeau me semble plus calme qu'auparavant. Chaque animal s'est en fait créé son propre rythme et se retrouve généralement au robot chaque jour au même créneau horaire. »

Chiffres clés

. 72 vaches traites à 9500 kg
. Temps de traite moyen : 8 min/vache
. Nombre moyen de traites par vache : 2,1 fois/jour

Source Réussir Lait Elevage Mai 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires