Filière Lait : Le réseau France conseil élevage veut « donner du sens à la mesure »

Anne-Marie Paulais

Dans un contexte d'automatisation de la collecte des données, d'agrandissement des troupeaux, d'exacerbation de la concurrence entre prestataires de services, le réseau France conseil élevage entend s'appuyer sur l'antériorité de sa présence en élevage laitier pour développer le conseil en élevage. Son président Vincent Andrieu a rappelé à la veille de l'assemblée générale (le 18 novembre) que le réseau de France conseil élevage, qui compte désormais un peu moins de 52 000 adhérents pour 2,6 millions de vaches laitières, entend « donner du sens à la mesure ». Une démarche nécessaire si l'on admet qu'actuellement le conseil est sous-évalué par les éleveurs et par les conseillers eux-mêmes. C'est ce qui ressort d'une réflexion conduite par le directeur de l'OCEL de l'Orne dans le cadre d'une formation innovante qui pourrait conduire à la mise en place d'une démarche d'ingénierie du conseil.

Valoriser les données issues des divers capteurs ou automates

Alors que la contractualisation est appelée à se généraliser, le réseau des OCEL cherche à aider les éleveurs dans leurs relations avec l'aval de la filière, tant pour la prévision de production que pour le respect des engagements de production. Pour les accompagner au mieux dans l'optimisation de leur revenu, certains OCEL redéfinissent actuellement les profils de leurs divers conseillers en fonction des profils des éleveurs. Objectif visé : une meilleure collaboration et plus d'efficacité.
France conseil élevage entend également aider l'éleveur à interpréter les informations issues des divers capteurs ou automates désormais à sa disposition. La première version d'Ori-Automate vient d'être livrée aux OCEL. Elle permet des échanges « dans les deux sens » entre les systèmes d'information des OCEL et les compteurs à lait, automates, robots des éleveurs. Pour optimiser la collecte et la gestion des données, France conseil élevage constitue un dictionnaire des données commun dont une première version sera diffusée dans le réseau fin 2010. Enfin une réflexion est en cours pour développer des e-services permettant de diffuser des critères d'alerte à temps. « Une donnée qui ne permet pas d'analyser le fonctionnement de son troupeau est une donnée sans intérêt » résume son directeur Serge Bazin.

Développer des e-services pour diffuser des critères d'alerte Conscient de l'enjeu du maintien d'une démarche collective pour le dispositif génétique, Vincent Andrieu regrette le désengagement de l'État vis-à-vis de l'interprofession France génétique élevage, qui devra désormais être financée par le CasDAR. Président de FCEL depuis treize ans, il quittera ses fonctions en décembre prochain et met en garde contre « les tentations centrifuges ».

Source Réussir Lait Décembre 2010

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires