FNPL : « Massifier les producteurs quelle que soit leur appartenance syndicale »

S C

FNPL  : « Massifier les producteurs quelle que soit leur appartenance syndicale »

La FNPL se félicite de la sortie du décret européen sur la constitution d’organisations professionnelles qui va permettre aux producteurs de s’organiser et de préparer l’après-quotas. Son président redoute toutefois les querelles de chapelles syndicales.

A l’occasion d’une conférence de Presse, le président de la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait), Thierry Roquefeuil, et la secrétaire générale  Marie-Thérèse Bonneau, n’ont pas caché leur satisfaction de voir enfin publié le décret européen «OP» qui va permettre aux éleveurs de préparer l’après quotas. Un décret attendu avec impatience par la FNPL qui explique qu’elle travaille, depuis 2008, à l’évolution de la relation entre transformateurs et producteurs.

Ce décret formalise les règles que les organisations de producteurs devront suivre pour obtenir l’agrément du ministère de l’agriculture. « Le travail n’est pas terminé, faire agréer les OP va demander de l’énergie », prévient toutefois le président de la FNPL qui milite pour une « massification » des producteurs.  

Les éleveurs français n’ont pas attendu la publication du décret  pour négocier des contrats dans le cadre de la contractualisation exigée par la Loi de Modernisation agricole française. « Mais ils auront besoin, demain, de l’agrément de leur OP pour poursuivre leur mission et faire vivre cette contractualisation » rappelle le syndicat.  Le producteurs doivent donc désormais donner mandat de négociation à une OP pour la durée de leur adhésion (5 ans).

Thierry Roquefeuil  craint toutefois  que  la création de ces OP ne soit l’occasion de mettre les producteurs en concurrence, notamment d’un point de vu syndical. La FNPL fait en effet allusion à un communiqué de presse, du 13 avril, dans lequel France Milk Bord (auquel adhèrent l’Office du lait, l’Apli, la Confédération paysanne et l’OPL)  appelle les éleveurs « à ne surtout pas donner  mandat aux organisations de producteurs FNPL, pilotées plus ou moins officiellement par la FNPL ». « Les éleveurs sont libres de donner mandat de négociation à qui bon leur semble », leur répond  le président de la FNPL.

Il rappelle qu’une OP est avant tout une organisation économique - dont l’objectif est de négocier un prix et une quantité donnée de lait avec son transformateur - et non pas une organisation syndicale : « Il faut massifier les producteurs quelle que soit leur appartenance syndicale », insiste-t-il, chaque OP pouvant très bien avoir  en son sein des représentants de divers syndicats. Preuve de sa bonne foi, il réclame l’ouverture de l’Interprofession laitière aux syndicats minoritaires.

« Le monde bouge, il faut bouger les habitudes, les concepts, les façons de travailler » conclut le nouveau président.

Sur le même sujet

Commentaires 1

pinetdpu

MASSIFIER LES PRODUCTEURS encore un qui doit pas être agriculteur. Les agriculteurs c'est des moutons. On les ballade comme les ânes avec une carotte au bout du bâton mais bon il parait qu'ils sont défendu par des professionnels (des indemnités syndicales a 200euros/jrs)

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires