Garantir son cheptel : Une « assurance » pour les vaches à haut potentiel

Emeline Bignon

Les GDS de Bretagne viennent de lancer une action visant à mieux indemniser les vaches à haut potentiel en cas d'événements sanitaires.

Le principe de l'action « Vaches à haut potentiel » repose sur la création d'une caisse, à l'échelle de la Bretagne, à laquelle peuvent cotiser les éleveurs adhérents à la fois aux Groupements de défense sanitaire, à un organisme de sélection et au contrôle de performance. Ce dispositif s'ouvre à toutes les races bovines. En élevages laitiers, seules les femelles peuvent être indemnisées.
Le montant de la cotisation annuelle se calcule en fonction de l'index moyen du cheptel (ISU) et du nombre de vaches inscrites à l'organisme de sélection. « Par exemple, pour un troupeau de cinquante Prim'Holstein indexé à 120 d'ISU, la cotisation s'élève à 6,22 € par vache, soit 311 € par an », illustre Fabrice Bidan, coordonnateur de l'action.
Les maladies prises en compte(1) font l'objet d'une lutte obligatoire (maladies réputées contagieuses) ou entrent dans le cadre des plans de lutte des GDS, ouvrant déjà des droits aux aides à l'abattage. Les indemnisations complémentaires apportées par la caisse sont liés à la pathologie, à l'index individuel et à l'âge de l'animal. Selon la maladie, elles se calculent de sorte que la valorisation des animaux de haute valeur génétique atteigne leur valeur d'estimation, ou de manière forfaitaire.
Cette action se veut aussi être un levier pour renforcer le progrès sanitaire. « Nous irons ainsi vers un assainissement plus rapide de ces élevages où la génétique est un enjeu important, précise Patrick Leprovost, directeur des GDS de Bretagne. L'enjeu est aussi de tester sur ce groupe d'éleveurs d'avant-garde des programmes sanitaires qui pourront à terme être diffusés à l'ensemble des éleveurs. »

Une indemnisation selon la pathologie et l'index individuel de l'animal

Une caisse de ce type existe dans les Côtes-d'Armor depuis 1985, et 60 % des éleveurs adhérents à l'organisme de sélection de la race Prim'Holstein adhèrent à l'action. Le potentiel est d'environ 2000 éleveurs en Bretagne.

(1) La tuberculose, la brucellose, la leucose bovine, la FCO, la paratuberculose, la salmonellose, la maladie des muqueuses, le botulisme, l'IBR et la néosporose.

Source Réussir Lait Novembre 2010

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires