Gestion des rallonges laitières : Un fort potentiel de production

Costie Pruilh

Alors que beaucoup de producteurs continuent sur leur lancée de début d'année, le remboursement de fin de campagne sera très faible.

Pour la campagne 2007-2008, les producteurs de lait ont produit 2,1 % de lait de plus que la
précédente. La production a notamment explosé sur les trois derniers mois (+ 9,5 %).
Les enquêtes conduites dans l'Ouest(1) par l'Institut de l'élevage et les réseaux des
Chambres d'agriculture ont fait un retour sur la gestion de la fin de campagne 2007-2008. «
Les intentions de produire plus étaient plus fortes en Bretagne, Pays de la Loire et en
Normandie (105 % à 111 % du quota dur) ; les grandes exploitations de Poitou-Charentes
ayant déjà à gérer des agrandissements conséquents, ont à peine fait leur quota (97 % du
quota dur). Pour faire les + 9,5 % de fin de campagne, les éleveurs ont quasiment tous fait
de la rétention de vaches. Soixante pour cent ont apporté plus de concentrés ; la moitié plus
de protéines… »


Les stocks de beurre et de poudres sont importants chez les industriels. (www.leitenberger.fr)

Les stocks de beurre et de poudres sont importants chez les industriels. (www.leitenberger.fr)

Coup de frein en vue

« En mai, les éleveurs avaient des espoirs importants de rallonge pour la campagne 2008-
2009. Beaucoup pensaient pouvoir faire plus de 10 % de leur quota en dur ! », indiquent les
ingénieurs réseaux. Et pour beaucoup, la campagne 2008-2009 a commencé fort, sur la
lancée de 2007-2008. Finalement, le remboursement de fin de campagne devrait être de
l'ordre de 2 %.
Côté entreprises, « le taux d'allocation provisoire sera variable suivant les entreprises, en
fonction de leur marché et de leur localisation géographique. Or la collecte mondiale est
redevenue dynamique, alors que la demande l'est moins du fait d'une croissance moins
forte. Les stocks de beurre et de poudres sont importants chez les industriels, et les cours
sont orientés à la baisse », commente Gérard You, de l'Institut de l'élevage.
L'Élysée fait pression pour que les dépassements individuels ne soient pas pénalisés si la
France n'est pas en dépassement. Son objectif est de faire baisser le prix du lait. « Il y a là
un danger de revenir à la surproduction et à une baisse importante du prix », prévient
Marcel Denieul, de la FNPL.

Source Réussir Lait Elevage Octobre 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires