Gouvernement et syndicats dénoncent la baisse annoncée du prix du lait

Gouvernement et syndicats dénoncent la baisse annoncée du prix du lait
Sodiaal et Lactalis annoncent une baisse de 5 euros par 1.000 litres à partir du 1er octobre 2012 (SC).

Après le premier groupe coopératif français Sodiaal, c’est au tour du groupe laitier privé Lactalis d’annoncer une baisse du prix du lait aux producteurs. Le ministre de l'Agriculture et les différents syndicats agricoles dénoncent cette décision.

La semaine dernière, Lactalis a confirmé avoir pris la décision de baisser ses prix de 5 euros par 1.000 litres à partir du 1er octobre 2012, un choix « dicté par la nécessité », selon un porte-parole du groupe. Le groupe coopératif Sodiaal avait fait la même  annonce fin août à ses sociétaires.

Vendredi dernier, à l’occasion d'une conférence de presse de présentation du budget 2013 de son ministère, Stéphane le Foll a estimé que tout ça n’était  « pas très cohérent ».  "Il y a là une rupture de contrat rapide" et "on va améliorer la démarche contractuelle au niveau national", a promis le ministre.

Saisir le médiateur des négociations commerciales

Mardi, la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) avait annoncé son intention de saisir le médiateur des négociations commerciales car, selon elle, Lactalis "ne respecte pas le contrat qu'il a signé avec ses éleveurs". "La mise en oeuvre de la clause de sauvegarde et notamment la détermination de nouveaux éléments fixant le prix du lait ne peut se faire de manière unilatérale sans entrer en négociation avec les représentants des producteurs", a  rappelé la FNPL qui demande à Lactalis de revenir à la table des discussions.

De leur côté, les Jeunes Agriculteurs  dénoncent  "cet alignement vers le bas qui se fait au mépris de la situation des producteurs ».

La Confédération paysanne a  également évoqué dans un communiqué  "l'attitude inacceptable des entreprises de transformation" du lait.  "Cela témoigne du mépris des collecteurs pour les éleveurs laitiers confrontés à l'explosion des coûts de l'alimentation animale",  considère le syndicat agricole qui "renouvelle sa demande au ministère de l'Agriculture d'une remise à plat du système actuel, qui vient de faire la preuve de son inefficacité".

Sur le même sujet

Commentaires 6

CHRIS

baissez encore le prix du lait.bravo.
les elections chambre d'agriculture approchent
a bon entendeur salut

JUILLET12

adhérer en masse dans les organisations de producteurs non liées aux laiteries c,est une etape à ne pas manquer!

moi meme

il est plus facile de taper les eleveurs que de faire payer le consommateur.meme probleme pour les aviculteurs on nous sans rire que bercy ne veut pas d'une augmentation des prix en ces temps de crise.quand paieront ils le prix reel de notre travail jamais il faut nourrir le plus grand nombre au prix de nos faillite .

charlo14

Tout cela est honteux, de toute façon les coops nous disent qu'ils faut faire du volume si on veut réussir. Ils n'ont rien compris et surtout leurs conseil d'administration composée d'agriculteur soit disant, honte a eux. Encore merci a la FNPL et le gouvernement de ne rien mettre en place pour une vrai régulation et non un marché volatile.

pietin113

et ouais,fallait pas signer.merci la fnpl et leurs copains industriels.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires