L’AOP saint-nectaire se met en conformité à marche forcée

Bernard Griffoul - Réussir Lait Février 2012

L’AOP saint-nectaire se met  en conformité à marche forcée
Production de saint-nectaire. © B. Griffoul

En 2007, lorsque le nouveau cahier des charges de l’AOP saint-nectaire a été publié, la marche à gravir pour les sept cent producteurs était haute. Les contrôles d’application réalisés depuis trois ans montrent que des efforts importants ont été réalisés. Les non-conformités sont encore nombreuses, mais souvent mineures. La totalité des producteurs fermiers, des affineurs, des collecteurs industriels et 60 % des producteurs laitiers ont déjà été contrôlés.

40 % des éleveurs ne parviennent pas encore à l'autonomie fourragère

L’appellation a choisi de mener de nombreux contrôles internes qui ont d’abord un rôle d’accompagnement des producteurs. Environ 80 % doivent améliorer un certain nombre de points. Les manquements majeurs portent le plus souvent sur l’alimentation qui doit être composée exclusivement d’herbe provenant de l’aire géographique. L’accession à l’autonomie fourragère reste un des principaux challenge de la zone : 40 % des éleveurs n’y parviennent pas encore. Les années de sécheresse ne les ont pas aidés. Le second défi sera de faire naître et d’élever d’ici à 2015 la totalité des vaches dans l’aire géographique. Le premier pas – 80 % des vaches au 1er janvier 2012 – n’est atteint que par la moitié des éleveurs mais beaucoup s’en approchent. Et, en 2020, ils devront avoir supprimé tous les fourrages fermentés. Quant aux producteurs fermiers, leurs efforts doivent surtout porter sur le suivi administratif de leurs fabrications. Bernard Blay, directeur de l’interprofession estime qu’il faudra encore cinq ans pour « mettre d’aplomb » l’appellation. Les enquêtes consommateurs et la bonne tenue du marché (14 000 tonnes en 2011) montrent une confiance retrouvée dans le saint-nectaire. Pas question de la démériter par le moindre laisser-aller au sein de la filière.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires