La DO Ostertagia, Un outil de contrôle antiparasitaire

Réussir Lait Février 2013

 La DO Ostertagia, Un outil de contrôle antiparasitaire
Cycle de vie du strongle Ostertagia. Plus la DO Ostertagia est élevée, plus les animaux ont été exposés aux parasites digestifs. DR

Le recours à la densité optique Ostertagia sur lait de tank est de plus en plus répandu. Il s’agit d’un test qui consiste à mesurer la densité optique des anticorps vis-à-vis de plusieurs strongles digestifs.
Il traduit non pas la charge parasitaire mais la réaction de l’animal au contact parasitaire. Il témoigne donc d’une réponse à une pression parasitaire : le contact répété, prolongé et cumulatif avec les strongles digestifs en général (pas seulement Ostertagia). « Plus la DO Ostertagia est élevée, plus les animaux ont été exposés aux parasites digestifs », affirme le laboratoire Merial.

Le contact du troupeau avec les strongles digestifs

La nouvelle grille d’interprétation proposée par les experts réunis par Merial est « simple en apparence mais nécessite souvent certaines précautions. Un résultat de DO Ostertagia entre 0,5 et 1 implique de recourir à un vétérinaire. Il convient de prendre en compte différents facteurs comme l’alimentation, la gestion des pâtures, les performances, la conduite des génisses pour savoir si le résultat est cohérent avec la situation de l’élevage ou s’il faut chercher à diminuer le contact parasitaire ». Par exemple, plus il y a d’herbe pâturée, plus la DO est élevée, ce qui peut  traduire un contact prolongé avec les parasites mais pas forcément une pression parasitaire importante. « Pour un résultat au-dessus de 1, quel que soit le type d’élevage, le plan de contrôle anti-parasitaire mérite d’être revu en priorité avec le vétérinaire. À l’opposé, un résultat de DO inférieur à 0,5 signifie que le parasitisme est bien maîrisé. » Un prélèvement réalisé chaque année à la même date permet « d’objectiver, par une diminution de la DO, l’efficacité de la stratégie antiparasitaire ». Il est recommandé de réaliser cette analyse en fin de saison de pâture (automne ou hiver) à un moment où il reflète le mieux le contact parasitaire de l’ensemble de la saison.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires