La nouvelle taxe poids lourds inquiète le secteur de la nutrition animale

Emeline Bignon - Réussir Lait Janvier 2013

La nouvelle taxe poids lourds inquiète le secteur de la nutrition animale
Chargement d'aliment du bétail. © C. Gérard

« Dans quelques mois, une nouvelle taxe sera supportée par les utilisateurs de transports. Les livraisons d’aliments pour animaux sont très impactées », déplorent d’une même voix Coop de France Nutrition animale et le Syndicat national des industries de la nutrition. Les professionnels prévoient un surcoût de 1 euro par tonne d’aliments. Pour certaines livraisons, il pourrait même atteindre 4 euros la tonne.
« La situation économique des éleveurs ne permet pas d’absorber une nouvelle charge », avancent les deux syndicats, en demandant aux Pouvoirs publics « une exonération des livraisons d’aliments en élevage qui s’inscrirait dans le cadre des actions d’urgence prévues par le gouvernement en faveur de la compétitivité des filières animales ».
Une seconde décision récente en matière de transport inquiète encore le secteur. « De nouvelles prescriptions techniques ont été édictées (limitation à 12 tonnes au lieu de 13 tonnes sur l’essieu moteur) », dénoncent les professionnels. Concrètement, les camions ne pourront pas transporter un poids total de 44 tonnes, comme cela était rendu possible depuis 2011. « Le surcoût estimé est de 7 à 10 %. » Ils demandent un échéancier sur dix ans pour les véhicules en circulation, ainsi qu’un délai d’un an pour l’application de ces nouvelles prescriptions aux nouveaux ensembles routiers. « Cette période est nécessaire pour le développement de nouvelles gammes de véhicules répondant à ces nouvelles exigences et aux contraintes de la profession. »

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires