La saisonnalité de la production en baisse depuis les années 2000

Réussir Lait Janvier 2012

Vaches au pâturage en Allemagne.
L'écart maximal de saisonnalité est deux fois plus faible en Allemagne qu'en France. © A. Mottet/Institut de l'élevage

L’écart maximal de saisonnalité en France est de 23 %, en moyenne sur la période 2006–2010. Il s’agit de l’amplitude mesurée entre le pic de production laitière du mois de mai et le creux du mois de septembre. Cette amplitude est deux fois plus faible chez nos voisins allemands, néerlandais et danois (13 à 15 %).
En Europe, la Pologne et l’Irlande (amplitude de 133 %) ont une saisonnalité plus marquée que la France. Dans le monde, la Nouvelle-Zélande affiche
la plus forte amplitude (177 %).
La saisonnalité a évolué en France. D’une amplitude de 43 % sur la période 1980-1989, elle est
progressivement descendue à 27 % sur la période 2000-2009.

Source : Cniel.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires