lait bio - marché porteur sur les 5 ans

Conseil National CERFRANCE POSTEC

lait bio - marché porteur sur les 5 ans

Une année lactogène au côté d’une demande active pour un marché qui équivaut à 2.2 % de la collecte de lait de vache française

Une collecte 2015 prometteuse malgré un recul des prix

La bonne tenue de la consommation française et une très bonne pousse de l’herbe expliquent cette dynamique de production sur ces premiers mois 2015. La croissance de la production de lait bio française se poursuit donc (+ 5,8 % sur les 7 premiers mois 2015/2014) dopée par une demande toujours en progression (+ 6.8 % en France, + 6.6 % en Allemagne, + 14 % au Pays Bas et 12 % en Italie). Certes, l’évolution annuelle de la collecte à deux chiffres des années 2012-2014 se réduit pour une courbe ascendante plus plane selon les prévisions du CNIEL pour 2016.

Assurer un rythme de croissance de la collecte en relation avec la demande de produits

Les conversions se réduisent depuis 2011 et les producteurs vieillissent. L’enjeu est donc de renouveler les éleveurs pour approvisionner un marché français en croissance. Si 2012-2013 a connu un bref équilibre, des tensions se ressentent suite à cette évolution de consommation. L’Allemagne, premier pays producteur, peine également à fournir son marché intérieur.

collecte bio
lait bio - marché porteur sur les 5 ans

Des prix du lait bio européen plus élevés

Avec un prix moyen 2014 de 450 € / 1 000 litres, le bio français se situe en deçà des tarifs du reste de l’Europe (Allemagne, Danemark, Pays-Bas, Belgique). Avec 690 millions de litres de lait bio produit, l’Allemagne, 1er producteur, connaît un différentiel de 170 € / 1 000 l par rapport au prix du lait conventionnel sur 2014. L’écart est plus couramment de 100 € en moyenne pour la France d’où la question d’un vrai prix déconnecté du conventionnel pour tenir compte d’un marché moins mondialisé avec une plus faible réactivité des outils de production

lait bio - marché porteur sur les 5 ans

En France

Un fléchissement du prix du lait se vérifie sur début 2015. Le bio décroche moins vite que le lait conventionnel creusant ainsi l’écart avec ce dernier. L’impact de 20 à 30 € / 1 000 l pour un prix moyen 2015 à 420 – 430 € semble une perspective réaliste qui témoigne d’une meilleure résistance conjoncturelle comparée au lait standard.

lait bio - marché porteur sur les 5 ans

Les perspectives en lait bio

Répondant à des préoccupations sociétales du consommateur, la demande croît, portée par les GMS (72 % du marché bio tous produits) et l’essor de la vente en ligne. Les pays du Nord de l’Europe, avec un prix plus élevé, ne sont pas compétitifs sur le marché français. 

La démographie des producteurs français freinera l’offre nationale. L’approvisionnement du marché est l’enjeu à l’horizon 2020 au côté de la dynamique de promotion des produits. De la visibilité apportée par ce secteur dépendront les candidats aux conversions. Le maintien des aides aux producteurs bio lors de

la PAC 2015-2020 est un élément de dynamique certain pour contrer les cessations et créer des vocations. Pour la première fois depuis 2011, le rythme d’engagement des conversions reprend mais selon les dernières estimations du CNIEL, le rythme de progression de la collecte reste inférieur à celui de la consommation. Des ambitions chez les transformateurs semblent être en projet pour conquérir le potentiel qui s’affirme sur les prochaines années. Il se dessine pour le lait bio un marché porteur sur les 5 ans, de surcroît captif sur son périmètre européen et plutôt déficitaire. Le bio peut être une opportunité à saisir pour les producteurs intéressés et pour la filière à l’orée d’une refonte de sa gouvernance suite à la fin des quotas et la mise en place de la contractualisation. 

Source : CERFRANCE - Jean-Yves Morice - veille économique agricole - lettre n° 43 - 2015 - 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires