Lait : La FNIL alerte sur la perte de compétitivité du lait français

Anne Sophie LESAGE

Lait : La FNIL alerte sur la perte de compétitivité du lait français

Le 1er septembre, la Fédération Nationale des Industries Laitières (FNIL) a alerté sur la nécessité de « davantage coller au marché mondial » concernant le prix du lait.

L’accord trouvé entre lactalis et les OP, pour une revalorisation du prix du lait payé aux producteurs, inquiète la Fédération Nationale des Industries Laitières. Pour Olivier Picot, président de la FNIL, « en France les prix sont complétement déconnectés des marchés (…) le prix en France est le plus élevé d’Europe et le décrochage s’accentue ! » L’industriel insiste « le danger c’est la perte de compétitivité ! » 

Pour Gérard Calbrix, directeur des affaires économiques chez ATLA, « quand les pays du nord paient 20 centimes, (…) nous on paie 27 centimes… » « Rappelons qu’une hausse de 4 centimes par litre correspond à une dépense supplémentaire d’un milliard d’euros pour les transformateurs. Comment payer une telle somme, sinon en augmentant massivement les prix des produits laitiers fabriqués en France ? » s'interroge la FNIL.

11 milliards de litres de lait exportés chaque année

La FNIL insiste « la filière laitière française dépend largement du marché unique européen et du marché mondial. Les exportations françaises absorbent 44% du lait produit en France. Sur une production laitière de 25 milliards de litres, la France exporte 11 milliards de litres de lait sous forme de produits laitiers (fromages, poudres de lait et de lactosérum, beurre, crème, lait UHT etc...) et génère un chiffre d’affaires à l’export de 8 milliards d’euros chaque année. Ces exportations sont cruciales pour la filière laitière française. »

Enfin pour la FNIL, le Plan de régulation de la production laitière annoncé la semaine dernière par Stéphane Le Foll, « c’est du bricolage ! » « Ca part d’un bon sentiment mais on a besoin d’un dispositif plus “régulateur“ dans la nouvelle PAC. » 

Sur le même sujet

Commentaires 14

CLOCHE215

à DDX: c'est qui les censureurs??? des payés par les paysans et qui travaillent pour la grande FINANCE...

ddx

je constate qu il ne faut pas trop critiquer la fnil; car mon dernier message a été censuré!

yann87

une coopérative groupement de producteur du limousin nous affirme ne pas pouvoir acheter nos animaux plus chère à cause des cours trop bas par contre depuis quelques années elle à investit dans des appartement à limoges ..... y a pas un souci là !!!!!

kate53

Vous vous souvenez des petites épiceries si charmantes ?
toutes disparues car manque de compétitivité...........
quand je fais le total MSA + Groupama + Compta.
la vente de mes broutards de l'année ne suffit pas ...
Dieu merci je ne fais pas de lait sinon je perdrais encore davantage d'argent , par contre je prévois de ressentir durement la sécheresse actuelle et les vaches laitières qui vont se retrouver sur le marché de la viande...

1584

8 divisés par 11 ça fait ..... 727.28 euros les 1000 litres soit 457 euros pour la transformation. si on faisait 50/50 ça ferait un prix à 363 , vivement l'application de la loi sapin2! mais j'ai bien peur qu'on sente le sapin autrement pour qu'ils s'en fourrent plein les poches sur le dos des éleveurs comme d'hab.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires