Le veau de boucherie poursuit son érosion dans l'Union européenne

Franck Mechekour - Réussir Lait Avril 2013

Le veau de boucherie poursuit son érosion dans l'Union européenne
Chargement de veaux de boucherie au centre d'allotement de Boulazac en Dordogne. © P. Cronenberger

La France est le premier pays producteur et consommateur de veaux de boucherie dans l’UE. Avec plus de 1,4 million d’animaux abattus en 2011 (30 % du tonnage européen), « la France devance les Pays-Bas et l’Italie », souligne l’Institut de l’élevage. Ces trois pays représentent plus des trois quarts
des volumes produits dans l’UE à 27.

La production de l'Hexagone a cependant beaucoup décliné ces dernières années. Se situant autour de 350 000 téc par an jusqu’au milieu des années 1980, elle est désormais descendue sous la barre des 200 000 téc*. A contrario, dans le même temps, la production néerlandaise est montée en puissance puis s’est stabilisée « jusqu’à quasiment rejoindre la production française aujourd’hui ».

Le développement de filière néerlandaise pourrait cependant être confrontée à certaines limites en raison de « sa forte dépendance aux importations de petits veaux, la concentration des élevages dans des zones sous fortes contraintes environnementales et la pression de la société civile contre les élevages de grande taille ». La position de l’Italie est nettement plus critique. « La production y est en recul depuis une vingtaine d’années et la tendance ne semble pas devoir se renverser à court terme ». La production française est « aujourd’hui confrontée à de nombreux défis ». Le premier concerne le maintien du potentiel de production.

Le recrutement et l’installation de nouveaux éleveurs ne compensent pas les départs. Pour tenter d’attitrer de nouveaux producteurs, « les entreprises prennent des initiatives à travers des opérations de communication, un appui dans les démarches administratives, des aides à l’investissement… Par ailleurs, « la réforme de la PAC pourrait avoir d’importantes conséquences sur la production. » Enfin, « la consommation française est victime de la crise économique depuis 2008. » Malgré ses défis, « la France semble être le pays où la dynamique de production apparaît la plus solide », grâce notamment à son potentiel de production « dont le maintien est un enjeu d’avenir pour la filière ».

* tonnes équivalent carcasse.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires