Les coopératives mises en cause par la grande distribution

S C

Jacques Creyssel, Délégué général de la Fédération des entreprises du Commerce et de la Distribution (FCD), a livré ce matin une interview au quotidien Les Echos, dans laquelle il s’en prend aux coopératives qu’il accuse de vouloir «faire payer aux consommateurs la préservation de leur rente».

Dans cette interview, Jacques Creyssel explique que « La plupart des grandes coopératives ont une activité de nutrition animale » et que, selon lui «Ces entreprises répercutent la hausse des matières premières sur le prix de l'alimentation animale qu'elles vendent aux éleveurs et elles voudraient les répercuter automatiquement sur le prix de leurs produits transformés ». Avant de conclure « Les coopératives font leur propre péréquation de marge et voudraient faire payer aux consommateurs la préservation de la rente liée à l'augmentation du prix des céréales ».

Dans un communiqué, Coop de France s’insurge et rappelle que les propositions du médiateur en faveur d’une hausse indispensable du prix du lait pour les producteurs, seront « clairement insuffisantes pour la survie des industries laitières ». « En moyenne, les marges sont inférieures à 1 %. Certains segments travaillent même à perte depuis un an, ce qui les oblige à envisager des restructurations destructrices d’emplois. C’est loin d’être le cas de la Grande Distribution ! », rétorque Coop de France.

Au contraire,  Coop de France se félicite que les agriculteurs en s’unissant en coopératives dont ils sont les co-propriétaires arrivent à faire enfin entendre leurs voix. « Le modèle coopératif est le meilleur garant du maintien en France d’une agriculture de proximité et d’emplois agricoles et agroalimentaires sur tout le territoire. Mais l’alimentation de qualité a un prix », indique Coop de France dans son communiqué

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires