Les vaches nous parlent de leur bien-être

Emeline Bignon - Réussir Lait Avril 2012

Les vaches nous parlent de leur bien-être
Le référentiel Welfare Quality® définit un ensemble de quatre principes à respecter afin de garantir un bon niveau de bien-être, déclinés en douze critères. Crédit photo : E. Bignon

Une enquête Welfare Quality® sur 130 élevages laitiers pointe du doigt les critères qui restent à améliorer quant au bien-être des vaches laitières.

Les critères qui pêchent

* L’absence de douleur liée aux pratiques d’élevage est le premier point noir révélé par l’enquête sur les 130 fermes. L’écornage des veaux sans analgésique ni anesthésique est pointé du doigt.pLe confort de couchage est pénalisé par le manque de propreté observé sur les animaux (surtout en logettes) et les problèmes de collision sur les barres.* L’absence de maladies affiche un score dégradé en particuler lié aux mammites (proportion de vaches à plus de 400 000 cellules au moins une fois pendant les trois mois précédant la visite).* L’absence de blessures (altérations tégumentaires et boiteries) se montre globalement bonne : il y a peu de boiteries, mais beaucoup de vaches présentent des altérations de la peau (aux épaules liées à des frottements, gros jarrets).* Un quart des élevages présentent un nombre insuffisant d’abreuvoirs fonctionnels.* L’absence de faim prolongée obtient un bon score en moyenne, mais avec de gros écarts entre élevages. Certaines notes d’état corporel s’avèrent très insuffisantes par rapport au stade de lactation.

Les élevages laitiers français obtiennent un niveau global correct en matière de bien-être animal. C’est ce qui ressort d’une récente enquête réalisée sur 130 fermes du Grand Ouest et des régions Auvergne et Rhône-Alpes(1) par les campus vétérinaires de Lyon, Nantes et l’Inra de Theix. Cette enquête repose sur l’outil d’évaluation issu du programme de recherches européen Welfare Quality®, conduit entre 2004 et 2009. Cette méthode robuste et standardisée, a été validée scientifiquement par différentes équipes de chercheurs. « Ce qui est novateur à travers cette approche, c’est d’appréhender à la fois l’alimentation, le confort, la santé et le comportement animal », expose Alice de Boyer, en charge de l’enquête.

Image 3

Une méthode standardisée validée scientifiquement

Le référentiel Welfare Quality® définit un ensemble de quatre principes à respecter afin de garantir un bon niveau de bien-être, déclinés en douze critères . Pour chaque critère, les élevages sont évalués à l’aide d’une ou plusieurs mesures. Par exemple, l’absence de maladies est contrôlée en enregistrant la prévalence et la sévérité des signes cliniques les plus courants. De même, le confort de couchage est apprécié à travers la facilité du coucher (temps mis par la vache pour se coucher, se cogne-t-elle aux infrastructures, proportion de vaches couchées en dehors de la zone de couchage) et la propreté des animaux. Des scores sont ensuite calculés, de 0 (très mauvais) à 100 (parfait). « La priorité est donnée aux animaux en moins bon état, mais le niveau moyen du troupeau est aussi pris en compte. » Cette méthodologie permet en quelques heures de réaliser un diagnostic du bien-être animal d’un élevage d’une manière simple, efficace, fiable et objective.

(1) Tirage au sort aléatoire des élevages.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires